Le Covid-19 est-il sexuellement transmissible ? Des chercheurs chinois l’ont identifié dans du sperme

Le Covid-19 est-il sexuellement transmissible ? Des chercheurs chinois l’ont identifié dans du sperme
Santé

MST - Pour lutter contre la pandémie de coronavirus, connaître exactement son mode de transmission est essentiel. Or, des interrogations demeurent. Une étude chinoise a détecté le virus dans le sperme de plusieurs personnes infectées, ce qui soulève la question d’une maladie sexuellement transmissible.

La communauté scientifique mondiale a beau être mobilisée pour percer les mystères du coronavirus, le Sars-Cov-2 n’a pas encore révélé tous ses secrets à l’heure actuelle. Entre autres questions qui restent sans réponse, celle-ci : le Covid-19 peut-il être transmis sexuellement ? On sait que le virus se transmet par des gouttelettes, autrement dit les secrétions projetées par la personne atteinte. Des traces du virus ont déjà été détectées dans la salive, mais aussi dans l'urine et les selles, et, ce qui est nouveau, dans du sperme.

Une équipe de chercheurs chinois a en effet constaté que le sperme de plusieurs personnes ayant contracté le Covid-19 était positif au virus, y compris chez des patients en rémission, selon une étude publiée jeudi 7 mai par la revue scientifique américaine Journal of American Medical Association.

En vidéo

Coronavirus : que sait-on sur la contagiosité des jeunes ?

L'étude a été réalisée par ces chercheurs de Pékin sur 38 hommes passés par l'hôpital de Shangqiu, dans la province du Henan (nord-est). Six de ces patients ont vu leur sperme testé positif, soit 16%, dont deux qui avaient passé la phase aiguë de la maladie et étaient considérés comme en rémission.

D'autres études nécessaires

Compte tenu de la faible taille de l’échantillon testé, la portée de l’étude est limitée, comme le soulignent d’ailleurs les auteurs eux-mêmes. Ceux-ci indiquent que d’autres études seront nécessaires pour mieux comprendre la durée de vie du virus dans le sperme et les conditions de sa transmission. Dans le cas présent, le sperme analysé avait été prélevé en janvier et février. Les chercheurs n’ont pas fait un suivi sur les patients, et ne savent donc pas combien de temps le virus est resté dans le sperme, ni s’il a pu être transmis à un partenaire sexuel, comme le précise le Los Angeles Times.

Cette nouvelle étude contraste avec une autre étude, américano-chinoise cette fois, parue le mois dernier dans la revue Fertility and Sterility. Les résultats de celle-ci ne suggéraient pas de présence du Sars-Cov-2 dans le sperme ni les testicules des patients. Mais là encore, l’échantillon testé (34 hommes) était trop faible pour être vraiment pertinent.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Que le coronavirus soit sexuellement transmissible ou non à proprement parler, un rapport sexuel n’est de toute façon pas sans risque, puisque la distanciation physique n’est, forcément, pas respectée pendant l’acte, et que la salive échangée lors des baisers est quant à elle bien porteuse du virus.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent