La France lance son premier essai clinique sur le coronavirus

La France lance son premier essai clinique sur le coronavirus
Santé

TEST - Le gouvernement a annoncé ce mercredi la mise en place d'un essai clinique pour mesurer l'efficacité contre le nouveau coronavirus de quatre traitements différents ainsi que le lancement d'une vingtaine de projets de recherche.

Alors que l'épidémie de Coronavirus se propage inexorablement, en coulisses les scientifiques s'affairent pour trouver des moyen de la combattre. Ainsi, en France, quatre traitements différents et une vingtaine de projets de recherche vont être lancés pour lutter contre le Covid-19, a annoncé ce mercredi le gouvernement.

"Il s'agit d'un essai clinique avec quatre bras d'intervention", a expliqué le Pr Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital Bichat à Paris, lors d'une conférence de presse au ministère de la Recherche. Il a rappelé que "l'on ne connaissait aucun traitement efficace" contre le nouveau coronavirus. Faute de vaccin et de médicament, la prise en charge consiste à traiter les symptômes. 

Lire aussi

L'essai devrait débuter "cette semaine ou au début de semaine prochaine" et concernera 3.200 malades en Europe, dont 800 en France.- Pr Yazdan Yazdanpanah

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

L'un des traitements consistera à faire "les choses habituelles: l'oxygène, la ventilation, etc ...". Un deuxième traitement se fera à base du remdesivir, le traitement antiviral injectable des laboratoires Gilead, un troisième reposera sur le Kaletra, un anti-VIH du laboratoire AbbVie. Le quatrième traitement associera le Kaletra et un interferon bêta du laboratoire Merck car "l'on sait qu'un antiviral peut ne pas suffire", a détaillé Yazdan Yazdanpanah.

L'essai devrait débuter "cette semaine ou au début de semaine prochaine" et concernera 3.200 malades en Europe (dont 800 en France), tous atteints de forme sévère de Covid-19 et hospitalisés. La chloroquine, médicament contre le paludisme, n'a pas été retenue à cause des interactions médicamenteuses et des problèmes d'effets secondaires notamment sur les patients en réanimation. "Mais si in vivo on montre qu'il y a une efficacité, c'est quelque chose qu'on pourrait ajouter", note le Pr Yazdan Yazdanpanah.

Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, a également annoncé la sélection de 20 projets de recherche qui portent sur la prévention, l'épidémiologie, la thérapeutique ou encore les implications sociétales de l’épidémie. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent