Coronavirus : un groupe de médecins appelle à limiter les réunions familiales ou entre amis

La quatorzaine devient une septaine. Sept jours d'isolement sont désormais recommandés en cas de contamination au Covid-19. Un isolement réduit pour des raisons sanitaires mais aussi économiques.
Santé

SANTE - Dans les colonnes du Journal du Dimanche, plusieurs médecins appellent les Français à se reprendre très rapidement face à l’accélération de l'épidémie de coronavirus en France. Ils préconisent notamment la stricte limitation des rassemblements privés, et notamment au sein des familles.

Droit dans le mur ? Ce dimanche, un groupement de médecins tire le signal d'alarme. Dans une tribune relayée par le Journal du Dimanche, ils s'inquiètent d'un virus qui "circule de plus en plus vite"

Pour les signataires de cette tribune, parmi lesquels le généticien Axel Kahn, l'infectiologue Anne-Claude Crémieux ainsi que Bruno Megarbane, chef du service de réanimation à l'hôpital Lariboisière, la France est entrée dans une "nouvelle étape de l'épidémie : celle de sa diffusion". Face à ce constat, il reste "probablement peu de temps pour agir collectivement". "Il faut peut-être siffler la fin de la récréation. [...] Il est encore temps d'agir tous ensemble" martèlent les signataires de l'article. 

Réduire le nombre de personnes dans le cadre privé

Pour les médecins, une solution simple pour enrayer la progression du virus : passée la "joie des retrouvailles de l'été", il faut désormais "faire attention dans le milieu privé" . Les médecins expliquent qu'"à mesure que l’épidémie progresse, la probabilité d’être contaminé dans ces lieux clos augmente", d'où la nécessité de proscrire la plus possible les rassemblements privés. 

"Plus une pièce est petite, plus elle contient de monde, moins elle est aérée, et plus vous augmentez les risques. Réduisez le nombre de personnes présentes dans le cadre privé", insistent les auteurs parmi lesquels figurent Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille et directeur de la Fondation Alzheimer, Anne-Claude Crémieux, infectiologue à l'hôpital Raymond Poincaré ou encore Gilbert Deray, chef du service de néphrologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Les signataires rappellent le cas de la ville de Birmingham, au Royaume Uni, où les autorités ont interdit purement et simplement les rencontres entre amis et en famille. "Nous, médecins, ne sommes pas dans l'injonction. Mais il faut prendre soin les uns des autres", concluent-t-ils. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent