Vaccin nasal contre le Covid : résultats prometteurs pour un labo français

Les laboratoires continuent de travailler sur de nouveaux vaccins. Et l'un d'eux pourrait prendre la forme d'un spray nasal utilisé en complément des injections. Les explications de nos journalistes.

ESPOIR EN SPRAY - L'Inrae et l'université de Tours ont publié les premières avancées de leurs travaux en vue d'un vaccin nasal contre la maladie. Ils visent une mise sur le marché d'ici à 2023.

Dans la course au vaccin contre le Covid, la France s'est fait distancé sur la grille de départ face aux laboratoires américains, anglais ou allemands. Avec des retards pris par le laboratoire Sanofi, aucun vaccin contre la maladie n'est encore "made in France" . Mais c'est sans compter sur l'équipe de recherche française BioMAP de l'université de Tours et l'Inrae, Institut national de recherche pour l'agriculture, qui ont dévoilé jeudi 9 septembre des premiers résultats jugés satisfaisants de leurs travaux sur un vaccin nasal contre le virus. Celui-ci neutraliserait non seulement les variants actuels du virus mais bloquerait aussi la contagiosité.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

"100% de survie" chez les souris vaccinées

"Les tests pré-cliniques menés en laboratoire démontrent l’efficacité du vaccin candidat après deux immunisations par voie nasale espacées de 3 semaines, tant en termes de réponse immunitaire que de neutralisation précoce du virus original et de ses variants, bloquant tout risque de contamination par un individu vacciné", décrivent l'Inrae et l'université de Tours, dans un communiqué. Selon  eux, la plus-value de ce vaccin réside dans sa capacité à couper la transmission entre individus, en agissant directement sur la muqueuse nasale. "Techniquement, le vaccin sera administrable à l'aide d'un petit adaptateur placé au bout d'une seringue sans aiguille, permettant une diffusion au sein de la cavité nasale", précise l'Inrae. Ces premiers résultats, obtenus à partir d'essais conduits sur des animaux, n'ont pas encore été publiés dans une revue scientifique. 

Lire aussi

Ce vaccin sans adjuvant, qui s'appuie sur des chercheurs et industriels basés en France, pourrait aussi servir de rappel dans la population déjà vaccinée "afin d'éviter la transmission de la maladie", selon la responsable de l'équipe de recherche BioMAP Isabelle Dimier-Poisson qui a précisé que les essais ont réussi à obtenir "100% de survie" sur des souris vaccinées puis infectées par le Covid, contre "100% de mortalité" sur des souris non-vaccinées. La phase clinique (les essais conduits sur l'homme) est prévue pour le deuxième semestre 2022, avec une mise sur le marché en 2023, précise le communiqué.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Crise des sous-marins : Paris annule une réunion entre les ministres de la Défense français et anglais

Afghanistan : le groupe État islamique revendique deux attaques à la bombe contre les talibans

Emmanuel Macron a-t-il "dépensé entre 5 et 7 milliards d'euros en quinze jours" ?

Avant les sous-marins australiens, le cas des F-35 américains préférés aux Rafale par la Suisse

"Cet épisode va laisser des traces" : après la crise des sous-marins, la France peut-elle quitter l'Otan ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.