Coronavirus : vers des tests "systématisés" dans les aéroports pour les pays à risque

Les voyageurs venant des pays à risque seront testés à l'aéroport
Santé

NOUVELLES MESURES - Les passagers provenant de pays classés "rouge" devraient pouvoir, dans les prochains jours, passer un test virologique pour déterminer s'ils ont été contaminés par le SRAS-CoV2.

Cela pourrait représenter jusqu'à "2000 tests PCR par jour". La France s'apprête, dans les prochains jours, à généraliser les tests virologiques dans les aéroports pour les voyageurs en provenance de pays classés "rouge", c'est-à-dire les "pays où le virus circule le plus", a déclaré ce dimanche le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, sur BFMTV.

"Ceux qui auront pu faire un test depuis le pays d'origine n'auront pas à le refaire en arrivant à Paris, en France. Il faudra qu'ils puissent produire la preuve qu'ils ont fait un test", a-t-il précisé. Des barnums dédiés à ces procédures devaient être installés dimanche 12 juillet au sein des aéroports de Roissy-Charles-de-Gaulle et Orly, sans qu'une date précise de mise en application ne soit pour le moment évoquée.

"On ne peut pas contraindre"

Selon une source aéroportuaire, le nombre de passagers concernés devrait être "assez faible", "car les pays en "rouge" sont des provenances soumises à attestation dérogatoire pour motif impérieux". Ils n'appartiennent ni à l'Union européenne, ni à la liste des treize nations dont les ressortissants peuvent entrer en Europe. 

Vendredi 10 juillet, évoquant la possibilité de mettre en place des tests salivaires dans les aéroports "où ce [serait] possible", le ministre de la Santé  Olivier Véran indiquait toutefois qu'ils ne pourraient être obligatoires. "On ne peut pas contraindre quelqu'un à avoir un test", rappelait-il, soulignant qu'ils seraient simplement "proposés".

Lire aussi

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Le même jour, le nombre de décès a dépassé le seuil de 30.000 en France, selon le comptage communiqué quotidiennement par le gouvernement. Santé Publique France remarquait alors, dans son point hebdomadaire, une "nouvelle tendance à l'augmentation de la circulation du virus SARS-CoV-2". Et ce, quand bien même la circulation du virus se maintenait " à un niveau bas".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent