Coronavirus - "Nous sommes au bord de l’asphyxie" : une directrice d’hôpital appelle à l'aide

Coronavirus - "Nous sommes au bord de l’asphyxie" : une directrice d’hôpital appelle à l'aide

HÔPITAL - Alors que le pic de l'épidémie est attendu dans les prochains jours dans la région Grand Est, la directrice générale du CHR Metz-Thionville (Lorraine) lance un appel à l'aide pour libérer des lits supplémentaires.

A Metz, alors qu’un médecin hospitalier atteint du coronavirus (Covid-19) est décédé, les services de réanimation sont au bord de l’implosion. Une situation devenue intenable selon la directrice de l’établissement, Marie-Odile Saillard, qui lance un appel de détresse : "Nous sommes au bord de la catastrophe, j’appelle à l’aide", clame-t-elle, demandant le transfert en urgence des malades vers d’autres régions ou d’autres pays. 

Selon la directrice générale du CHR Metz-Thionville, "douze transferts sont nécessaires par jour" pour espérer voir la situation s’améliorer. Or, avec seulement quatre lits disponibles sur 170, il sera difficile de juguler l’afflux de malades aux urgences, souligne-t-elle. "Cela fait dix jours que nous alertons les autorités (...) Je pense que dans 24 heures, nous ne pourrons plus prendre en charge certains patients", alerte-t-elle. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Nous savons qu’il y a encore des places dans le sud et dans l’ouest de la France, nos collègues sont prêts à les accueillir.- Marie-Odile Saillard, directrice du CHR de Metz

SI Marie-Odile Saillard salue les élans de solidarité entre hôpitaux public et privé, elle déplore l'absence de stratégie globale pour faire face à cette catastrophe sanitaire. "Nous savons qu’il y a encore des places dans le sud et dans l’ouest de la France  et nos collègues sont prêts à les accueillir. Il faut nous aider à transférer les malades", soutient la directrice générale du CHR Metz-Thionville. "Le jour où la vague atteindra ces régions-là, nous devrons reprendre leurs patients, dans le même esprit", complète-t-elle.

Tous les centres hospitaliers du Grand Est sont au bord de la rupture. En effet, 844 personnes sont en réanimation, alors que la capacité est de 900 lits. Dans le cadre d'accords conclus avec l'Allemagne, la Suisse et le Luxembourg, quelques 100 patients du Grand Est ont pu être pris en charge dans ces trois pays. Ces transferts s'ajoutent aux trains sanitaires, les TGV médicalisés, qui ont transporté 36 patients vers des hôpitaux de Nouvelle-Aquitaine, rapporte France 3 Grand Est.

Lire aussi

Déjà plus de 800 morts dans le Grand Est

L’Agence nationale de santé publique (ANSP) a publié lundi 30 mars un nouveau bilan de l'épidémie de coronavirus (Covid-19) dans la région Grand Est : il fait état de 3.950 personnes hospitalisées, dont 844 en réanimation. Le week-end dernier, la barre des 800 morts a été franchie ! Le pic de l'épidémie, quant à lui, est attendu dans les prochains jours.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques chirurgicaux : pourquoi il ne faut pas s'en débarrasser

"Ma femme est sénégalaise, je n’ai pas de leçons à recevoir" : l’humoriste Philippe Chevallier défend son vote pour Marine Le Pen

Covid-19 : hospitalisations, taux d'incidence... faut-il s'inquiéter du léger rebond des indicateurs ?

Relations Russie-Otan très tendues : que se passe-t-il entre Moscou et l'Alliance atlantique ?

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.