Baisse des températures : le retour du froid peut-il accélérer l’épidémie ?

Baisse des températures : le retour du froid peut-il accélérer l’épidémie ?

CONTAMINATIONS – Depuis quelques jours, le nombre de tests positifs au Covid-19 en France n'augmente plus, et est même en légère baisse. Mais la chute à venir des températures peut-elle à nouveau inverser la courbe et faire repartir l’épidémie ? "Nous sommes vigilant" a réagi Olivier Véran Éclairages.

Près de trois semaines après le début du nouveau confinement, l’épidémie montre quelques légers signes de fatigue. Le nombre de contaminations, au plus haut au début du mois de novembre, n’atteint plus des records inquiétants, même si plusieurs dizaines de milliers de Français demeurent contaminés quotidiennement. Mais un indicateur va désormais entrer en jeu : le retour du froid. Dans les prochains jours, il va falloir sortir écharpes et bonnets, car la France devrait perdre 10 degrés en l’espace de 24 heures. La baisse soudaine des températures peut-elle rejaillir sur les contaminations ? "Nous avons constaté au mois d’octobre une accélération épidémique quand il a commencé à faire froid . Evidemment , nous sommes vigilants", a résumé jeudi soir Olivier Véran. 

Au début de l'automne, selon plusieurs scientifiques, c’est déjà une (courte) vague de froid qui aurait provoqué une hausse des cas. Il y a eu "quatre jours de froid entre le 24 et le 27 septembre", rappelait en octobre sur France 5 le Pr Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’institut Pasteur et membre du Conseil scientifique. "Une semaine plus tard, le nombre de cas a augmenté de façon très, très brutale."

Il y a un mois, le 19 octobre, le Conseil scientifique rendait justement un avis au gouvernement, dans lequel il confirmait que "les mois d’hiver seront difficiles" puisque "les virus respiratoires circulent plus en saison hivernale". Or, si les contaminations ont battu des records ces dernières semaines en France et en Europe, les températures étaient pourtant au-dessus des normales de saison.

Toute l'info sur

La France sort progressivement de son deuxième confinement

Pas d'influence sur les contaminations... le temps du confinement

Toutefois, il n’y a, pour l'heure, pas lieu de s’inquiéter de cette arrivée soudaine du froid, affirme un spécialiste. "Nous ne savons pas si les températures ont un impact sur le virus en lui-même, mais nous savons qu'elles ont un effet sur les mouvements des populations", explique à LCI Philippe Amouyel, professeur de santé publique. La France, encore en confinement a minima jusqu’au 1er décembre, restreint justement les déplacements. En ce sens, l’arrivée des températures plus froides "ne devrait pas avoir trop d’influence" sur les contaminations "puisque la population reste chez elle", poursuit Philippe Amouyel. "Si nous n’étions pas en période de confinement, nous pourrions en revanche nous poser des questions."

Lire aussi

Le professeur de santé publique note par ailleurs que "la seule chose qui pourrait changer, c’est que la population va moins aérer" les pièces avec l’arrivée du froid. Pourtant, l’aération est désormais fortement recommandée par les autorités pour contrer l’épidémie. "À part cela, la baisse des températures ne devrait pas être un facteur d’influence majeur", conclut-il.

"Difficile de savoir si la saison froide augmente les contaminations"

Yves Gaudin, virologue et directeur de recherche au CNRS, se montre lui aussi prudent. "Il est difficile de savoir si la saison froide, si elle l’est car la météo reste pour l’instant très clémente, va augmenter la contagiosité du virus et les contaminations", indique-t-il à LCI. "Dans le doute, continuons à respecter les gestes barrières : si nous les respectons, nous espérons que les choses se passeront correctement."

En mai dernier, l’Académie nationale de médecine (ANM) avait déjà établi un lien entre hausse des températures et baisse des contaminations, et inversement. "Une augmentation d’un degré de température est associée à une diminution de 3,1% des nouveaux cas et d’1,2% des décès", écrivait alors l’ANM dans un communiqué. En fonction de l’évolution du nombre de tests positifs ces prochaines semaines, les données épidémiologiques viendront sans doute compléter les connaissances sur le sujet.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne, cinq morts et plusieurs blessés

Roumanie : un mystérieux monolithe métallique découvert, semblable à celui trouvé dans l'Utah

EN DIRECT - Covid-19 : Le Maire demande le gel des primes d'assurance pour les restaurateurs

EXCLUSIF - "J'ai vu la mort arriver" : Romain Grosjean raconte son effroyable accident

EN DIRECT - Vendée Globe : Escoffier possiblement récupéré par une frégate le 7 décembre

Lire et commenter