Coup de gueule d’une jeune maman sur la césarienne : ce qu’il faut savoir

Santé
Certains de ses proches ont décrit son accouchement par césarienne comme une "option de facilité", elle a répondu via les réseaux sociaux. Son coup de gueule a trouvé écho auprès de milliers de personnes.

Un coup de gueule devenu viral. A la suite de son accouchement par césarienne, une Américaine a essuyé les reproches de son entourage. Selon certains d’entre eux, il s’agirait d’une "option de facilité". Ray Lee a décidé de leur répondre par un long post sur son compte Facebook. Aimé par plus de 44.000 personnes et partagé plus de 28.000 fois, son message a été largement entendu sur la toile. 


"Oh. Une césarienne ? Donc vous n’avez pas vraiment accouché. Ca a dû être pratique de prendre la voie facile ! ", a déjà entendu Ray Lee. Pour témoigner, la jeune maman a choisi l’ironie : "Ah oui. Ma césarienne d’urgence était tout à fait une question de facilité. C’était vraiment pratique de subir un travail de 38 heures avant que mon bébé se retrouve en état de détresse et que chaque contraction arrête littéralement son cœur. " Et de poursuivre plus sérieusement : "C’est la chose la plus douloureuse que j’ai eu à vivre. J’appartiens maintenant à la tribu des mamans qui ont une cicatrice prouvant qu’elles ont eu un bébé de cette manière et je vis pour le raconter (parce qu’il est possible de mourir pour ça, vous savez)."


La césarienne peut être une question vitale...

Le message de Ray Lee va à l’encontre d’une idée reçue : l’accouchement par césarienne n’est pas du tout une solution de facilité, comme le pense beaucoup. Comme la jeune femme l’explique, elle a dû subir une incision de 5 cm de long "coupée et étirée jusqu’à la déchirure de toutes vos couches de graisses, muscles et organes." Elle détaille ensuite ses difficultés à récupérer et à quel point le seul fait de s’asseoir la faisait souffrir. 


En effet, lorsque l’accouchement par voie basse se révèle plus difficile que prévu ou que le monitoring enregistre des signes de souffrance fœtale, une césarienne en urgence peut être réalisée. C’est une question vitale pour l’enfant à naître. Mais l’acte opératoire peut aussi être programmé à l’avance. Les médecins peuvent ainsi proposer la césarienne si le bébé se présente dans une position particulière, si le bébé est trop gros ou si le bassin de la mère est trop étroit. Certaines grossesses à risque peuvent aussi nécessiter ce type d’intervention. 


... mais elle peut aussi être un choix

Mais la césarienne peut aussi être pratiquée sur demande, sans motivation médicale. L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) a mené une étude sur le sujet. Les résultats montrent que la pratique a bondi en 40 ans. Selon eux, près d’un tiers des césariennes pratiquées en France pourrait être évitées. Or ces opérations, qui ne sont pas nécessaires, peuvent augmenter le risque de complications infectieuses. 


La Haute Autorité de Santé (HAS) recommande ainsi aux praticiens de "rechercher les raisons spécifiques à cette demande, de les discuter et de les rapporter dans le dossier médical. "Malgré cela, la France reste un des pays avec le taux le plus stable". Environ 20% des femmes qui accouchent y ont recours. 


En vidéo

30% des césariennes inutiles ?

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter