Covid-19 : couvre-feu, confinement, écoles... ce que Jean Castex pourrait annoncer

Couvre-feu, confinement, écoles : les pistes de l'exécutif

ANNONCES - L'exécutif envisage de revenir à des mesures nationales pour maîtriser la situation sanitaire, alors que le nombre de cas de coronavirus est reparti à la hausse en France et que les variants du virus inquiètent. Si un reconfinement n'interviendra qu'en dernier recours, le couvre-feu à 18h pourrait être étendu à l'ensemble des départements.

C'est l'une des pistes privilégiées par l'exécutif. Face à la menace nouvelle du variant britannique du Covid-19 et "l'effet 31 décembre" attendu sur le nombre de contaminations, l'hypothèse de restrictions sanitaires plus drastiques est dans toutes les têtes. Après avoir tendu la semaine passée vers des mesures territorialisées, voire localisées, le gouvernement revoit sa feuille de route pour harmoniser sa stratégie au niveau national. Selon nos informations, l'une des options actuellement en discussion concerne la généralisation du couvre-feu dès 18h sur l'ensemble du territoire. 

La décision sera annoncée ce jeudi 14 janvier par Jean Castex lors d'une nouvelle conférence de presse.

Déjà en vigueur dans 25 départements, la généralisation du couvre-feu avancé "tient la corde", avait appris LCI de source gouvernementale. Effectivement, le taux d'incidence se rapproche dangereusement des 200, le seuil fixé pour l'avancée du couvre-feu, dans de nombreux autres départements, à l'instar des Deux-Sèvres, de l'Ariège ou encore de l'Orne.

Toute l'info sur

La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement

En revanche, le scénario d'un reconfinement général n'était pour l'heure "pas retenu". Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal l'avait confirmé lundi 11 janvier, sur l'antenne d'Europe 1, affirmant qu'il était "à ce stade" écarté. "Dans l'absolu, un troisième confinement n'est pas exclu en dernier recours, mais les chiffres à ce jour nous laissent à penser que le couvre-feu suffit", a également fait savoir le Premier ministre Jean Castex, ont rapporté des sources parlementaires à LCI. Une autre option pourrait également consister à ajouter un confinement le week-end en plus du couvre-feu à 18h en semaine.  Par ailleurs, selon nos informations, les cantines scolaires pourraient être fermées. Si cette piste est retenue, les paniers-repas seraient alors distribués aux enfants.

En vidéo

Ecole : des paniers-repas au déjeuner ?

Un rapport remis mardi par Delfraissy

L'efficacité du couvre-feu semble se traduit sur les courbes de l'épidémie. Une enquête de Santé publique France, publiée mi-décembre, a ainsi relevé une diminution de tous les indicateurs dans les métropoles mises sous couvre-feu. "On a observé une baisse rapide du nombre de cas dans les métropoles qui ont eu un couvre-feu le 17 octobre. Cela a été moins le cas dans celle qui n'en ont pas eu", nous a confirmé Guillaume Rozier, fondateur du site Covid Tracker. 

L'avancée de l'heure fatidique, notamment en Guyane, première région à l'avoir expérimentée, selon des modalités variables, "a permis de faire diminuer le taux de transmission du virus d'un tiers", indiquait à LCI le chercheur en épidémiologie à l'Institut Pasteur Simon Cauchemez. "Cela a été suffisant pour faire changer totalement la dynamique et qu'on n'atteigne pas un niveau de saturation des services de réanimation."

Lire aussi

À ce propos, le président du Conseil scientifique a rendu mardi un rapport sur l'impact du couvre-feu à 18h au président de la République. Invité du JT de TF1 mardi, Jean-François Delfraissy a estimé que le "meilleur barrage" contre toutes les souches du virus restait les gestes barrières. Il a également évoqué d'"éventuelles restrictions de voyage" avec des pays où le "virus anglais" est très présent, et "probablement des mesures plus strictes" en général.   

En harmonisant l'horaire du couvre-feu, l'exécutif voudrait revenir à des mesures nationales pour ne pas avoir "une France gruyère" avec des disparités d'un département à un autre, parfois d'une ville à l'autre. Il souhaiterait ainsi permettre une meilleure lisibilité de la situation sanitaire et envoyer un message clair à la population.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

EN DIRECT - Covid-19 : moins de 20.000 cas en 24h, la décrue se poursuit à l'hôpital

"Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

EN DIRECT - Procès Lelandais : "J'ai dit ce qui s'est passé", conclut l'ancien maître-chien

Covid-19 : voisin de l'Inde, le Népal pourrait faire face à une situation encore plus incontrôlable

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.