Covid-19 : à l'hôpital, on ne soigne plus les malades de la même façon

Covid-19 : à l'hôpital, on ne soigne plus les malades de la même façon
Santé

SOINS - L'accélération de l'épidémie ces derniers jours ne se répercute pas encore à l'hôpital. Les chercheurs notent d'ailleurs une diminution de la létalité : - 46% par rapport à mai. Plusieurs facteurs peuvent l'expliquer, et notamment notre connaissance de la maladie qui permet une meilleure prise en charge des patients.

L'épidémie de Covid-19 a repris une progression "exponentielle" en France, avec plus de 7.000 nouveaux cas d'infection enregistrés en 24 heures, a indiqué ce vendredi soir la Direction générale de la Santé. "La dynamique de progression de l'épidémie est exponentielle" en France métropolitaine, avertit la DGS dans un communiqué, avec 7.379 nouveaux diagnostics positifs enregistrés ces dernières 24 heures, contre 6.111 jeudi et 5.429 mercredi, trois jours où ont été battus successivement les records de contamination depuis la fin du confinement.

"Bien que restant à des niveaux limités, les indicateurs hospitaliers (nouvelles hospitalisations et admissions en réanimation) sont en augmentation, notamment dans les régions où la circulation virale est la plus intense", souligne la DGS, avec au total 4535 personnes hospitalisées (comme jeudi), dont 387 cas graves en réanimation (+6 en 24 heures). Pour autant, le nombre de morts ne suis pas cette courbe ascendante. Pour une bonne raison : la prise en charge des patients s'est améliorée à l'hôpital.

Lire aussi

Une nouvelle technique : l'oxygénothérapie

Pour comprendre ce qui a changé, le 20H de TF1 a fait appel au docteur Benjamin Zuber, médecin réanimateur à l'hôpital Foch de Suresnes. Au pic de l'épidémie, les malades en détresse respiratoire aiguë étaient plus fréquemment intubés, et placés sous coma artificiel. Mais au fil des mois, les soignants ont commencé à utiliser une autre technique pour les patients Covid : l'oxygénothérapie. Elle permet de garder les malades éveillés et délivre plus d'oxygène. "Il y a un débit très important de gaz qui arrive dans le nez du malade. C'est moins invasif donc moins de soins lourds. Une hospitalisation plus courte, et une récupération plus rapide", explique le spécialiste. 

Résultat, la durée moyenne de séjour est passée de 21 jours au pic de l'épidémie à 12 jours en moyenne aujourd'hui. Autre changement majeur dans les hôpitaux, le profil des malades. De mars à juin, les moins de 40 ans représentaient 8% des personnes hospitalisées contre 18% aujourd'hui. Et ces patients plus jeunes développent peu de formes graves contrairement à leurs aînés. 

Lire aussi

Les traitements ont évolué

A l'hôpital Saint-Joseph de Paris, où six patients Covid, âgés de 57 à 91 ans, sont traités actuellement. Ici aussi, les traitements ont évolué. Les soignants font par exemple la part belle à l'Anakinra, un anti-inflammatoire bien connu, utilisé au départ en rhumatologie. "On a compris assez rapidement que la solution pour ces patients n'allait pas être de cibler le virus, mais de cibler l'inflammation et de la bloquer vite et fort", indique le professeur Jean-Jacques Mourad, chef de service de médecine interne. 

Et c'est ce qui a permis dans ce service de limiter les formes graves de la maladie. "En effet, chez les patients qui ont reçu de l'Anakinra, seuls 25% d'entre eux sont décédés malheureusement ou sont passés en réanimation, contre 75% dans le groupe de patients qui n'avait pas reçu ce produit", poursuit le professeur. L'Anakinra n'a pas d'effets secondaires avérés et a un coût peu élevé. Cette molécule est dans le domaine public et le traitement coûte 500 euros en moyenne. 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face au rebond de l'épidémie

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

Un autre médicament, encore moins cher, suscite aussi beaucoup d'espoir, la Dexamethasone. Selon l'Organisation mondiale de la santé, ce corticoïde permet de réduire d'un tiers la mortalité des patients Covid les plus gravement atteints.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une deuxième vague "pire que la première" ?

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Débat Trump/Biden : "C’est incroyable de voir des visions aussi radicalement opposées s’exprimer aussi calmement"

EN DIRECT - Covid-19 : le couvre-feu désormais élargi à 54 départements

Comment Bertrand-Kamal a quitté "Koh-Lanta : les 4 Terres" à la surprise générale

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent