Covid-19 : attention, ces chiffres européens ne prouvent pas que 10.000 décès sont dus aux vaccins

Les données européennes ne mettent pas en lumière une causalité entre vaccination et décès.

PHARMACOVIGILANCE - Des opposants à la vaccination brandissent des chiffres officiels qui prouveraient selon eux que les vaccins ont fait des milliers de victimes en Europe. Problème : il s'agit de données très mal interprétées.

Plus de 10.000 morts, rien qu'en Europe ? À en croire de multiples publications sur les réseaux sociaux, les vaccins développés contre le Covid-19 ne seraient pas sans conséquences. Outre de multiples effets secondaires ils seraient ainsi responsables de milliers de décès sur le Vieux continent. De quoi renforcer les convictions des opposants à la vaccination, de moins en moins nombreux en France, mais toujours très mobilisés en ligne.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Sur Facebook par exemple, des publications (comme celle-ci) dressent des bilans sévères. Sont additionnés les nombres de morts attribués à chacun des vaccins en circulation. Au total, un peu plus de 11.000 personnes seraient décédées suite à une injection. 

Un argument massue est avancé pour étayer ces affirmations : le fait que ces données compromettantes soient totalement officielles, puisque issues  d'une "base de données européenne des rapports sur les effets indésirables suspectés des médicaments". Si la source est tout à fait fiable, l'interprétation des chiffres ici mentionnés se révèle en revanche plus que trompeuse. De multiples biais viennent en effet fausser la lecture et l'analyse de ces éléments.

Des données brutes à ne pas surinterpréter

Depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois, des internautes relaient des affirmations similaires au sujet du bilan humain de la vaccination. Ils renvoient toujours à une source unique : le site européen d'EudraVigilance, autrement appelé adrreports.eu, sur lequel sont hébergées les données relatives aux effets secondaires des médicaments. Dès la mi-janvier, une publication du très controversé site France Soir proposait de passer en revue ces chiffres, en relayant une méthode pour naviguer dans les menus complexes de la plateforme en ligne de pharmacovigilance.

Cette procédure, chacun peut encore aujourd'hui la reproduire : il s'agit en effet de se rendre dans l'onglet "recherche", puis de s'intéresser aux résultats rassemblés sous la lettre "C". Lorsque l'on défile, on finit par atteindre quatre résultats, dont le nom débute par "Covid-19". Suivent des appellations officielles, dont le nom des laboratoires. Il s'agit ici des éléments relatifs aux vaccins actuellement distribués en Europe, celui de Pfizer, de Moderna, d'AstraZeneca et plus récemment de Janssen. 

En cliquant sur chacun, il faut ensuite se rendre dans un onglet spécifique ("Number of Individual Cases for a selected Reaction") pour accéder à des données relatives à la mortalité. Pour les différents groupes de pathologies, sélectionnables en colonne de gauche, la plateforme condense des chiffres. Parmi eux : certains labellisés "décès". En additionnant ces données pour tous les vaccins dans l'ensemble des catégories proposées, on aboutit à plus de 10.000 morts.

Lire aussi

Problème : ces chiffres sont analysés de manière trompeuse. En effet, EudraVigilance précise bien que les données présentées "concernent les effets indésirables suspectés, en d'autres termes, les effets qui ont été observés à la suite de l'administration ou de l’utilisation d'un médicament". Cependant, il est essentiel d'insister sur le fait que "ces effets indésirables suspectés peuvent ne pas être liés au médicament ou ne pas avoir été provoqués par ce dernier". Il faut voir cette plateforme comme un recueil de données brutes, accessible aux citoyens européens, mais pas comme un rapport officiel de pharmacovigilance permettant d'établir un lien de cause à effet entre une injection et une pathologie précise. 

Autre élément à prendre en considération : le fait que des décès comptabilisés puissent apparaître dans diverses catégories. Procéder à une banale addition en passant en revue les multiples classifications de pathologies revient ainsi à comptabiliser à plusieurs reprises les mêmes personnes. Outre l'absence de lien de cause à effet avéré, les décomptes sont donc peu pertinents.

Des analyses plus fines à mener

"12.000 personnes meurent chaque jour dans l'UE de causes diverses, dont 83 % sont âgées de plus de 65 ans", a glissé l'Agence européenne du médicament à l'AFP, ajoutant que des effets secondaires déclarés ne devaient "pas être interprétées comme signifiant que le médicament ou la substance active provoque l'effet observé ou que son utilisation présente un risque". Une fois ces chiffres collectés, il est en effet impératif de les analyser pour parvenir à établir un éventuel lien avec la vaccination. 

Pour mieux comprendre le besoin d'une analyse fine des chiffres, d'autres exemples se révèlent parlants. Si l'on se penche sur l'alimentation des personnes décédées, sans doute observera-t-on qu'une immense majorité des défunts auront mangé du pain dans la semaine précédant leur mort. Pour autant, ce n'est pas pour cela que les baguettes seront incriminées au moment d'analyser les décès. Tout au plus, pourrait-on y voir une piste à creuser, afin de déterminer si cet aliment aurait pu jouer un rôle dans la mort. 

L'Agence européenne du médicament, grâce notamment aux éléments condensés par EudraVigilance, surveille avec attention l'évolution de la situation sanitaire suite aux vaccinations. Elle n'a jusqu'à présent pas mis en avant de risque spécifique grave lié aux différents vaccins, si ce n'est les très rares cas de thromboses relevés avec AstraZeneca. Affirmer que l'on déplore déjà plus de 10.000 morts à causes des vaccins Covid à l'échelle européenne est dont faux, et ce, malgré les multiples publications qui affirment le prouver grâce à des données officielles. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Météo : 16 départements en vigilance orange aux orages, le Rhône en vigilance canicule

AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

EN DIRECT - Masque à l'école : il pourra être enlevé à la récréation mais pas dans les classes

Disparition de Delphine Jubillar : Cédric Jubillar, sa mère et son beau-père en garde à vue

Pourquoi Cédric Jubillar a-t-il été placé en garde à vue ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.