Covid-19 : avec la baisse des injections, les centres de vaccination vont-ils fermer ?

Covid-19 : avec la baisse des injections, les centres de vaccination vont-ils fermer ?

CRISE SANITAIRE - Selon le ministère de la Santé, près de 400 centres de vaccination ont déjà fermé leurs portes depuis mai. Avec la baisse du rythme d'injections et l'arrivée des doses de Pfizer en ville, les jours des grands centres sont-ils comptés ? Pas si sûr...

Le Stade de France, le palais des sports de Gerland, le parc des expositions de Bordeaux, mais aussi les gymnases ou les salles municipales... Depuis plusieurs mois, ces lieux sont devenus des centres de vaccination à grande échelle, destinés à permettre l'administration de plusieurs centaines ou milliers de doses chaque semaine. Mais désormais, le rythme de vaccination a chuté, à mesure que la couverture vaccinale augmentait : ces derniers jours, en moyenne, moins de 200.000 injections étaient administrées quotidiennement, contre près de 700.000 au plus fort de la campagne.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Plusieurs centres de vaccination, à l'instar de celui du Zénith de Lille (voir vidéo en tête de cet article), ont d'ores et déjà fermé leurs portes. "Au 20 septembre, il y avait 1280 centres actifs, contre 1402 au 30 août et 1634 au 31 mai", indique le ministère de la Santé. Avec la baisse des injections, "la consigne donnée aux agences régionales de santé (ARS) est d'adapter l'offre des centres de vaccination à la demande", en réduisant notamment le nombre de rendez-vous ou les horaires d'ouverture.

Les centres rattrapés par la troisième dose ?

D'autant que les centres de vaccination, piliers de la campagne au printemps dernier, au moment de l'ouverture de la vaccination à l'ensemble des Français majeurs, sont peu à peu remplacés par des injections en ville. À compter du 1er octobre, les doses de Pfizer pourront par exemple être administrées en pharmacie ou chez le médecin. Les mineurs de 12 à 17 ans non vaccinés (soit environ 30% de cette classe d'âge) peuvent, quant à eux, recevoir une dose en milieu scolaire.

Lire aussi

Toutefois, un élément pourrait pousser le gouvernement à garder les portes des centres de vaccination ouvertes : une prochaine décision de l'Agence européenne des médicaments (AEM). Début octobre, le régulateur européen devra en effet rendre un avis au sujet de la dose de rappel pour la population générale. "C'est un élément important pour la fermeture des centres de vaccination", admet le ministère.

Si l'AEM préconise de vacciner une troisième fois l'ensemble des personnes majeures, les centres pourraient alors jouer les prolongations. "Nous avons demandé aux ARS d'avoir une approche réversible", indique-t-on du côté du ministère de la Santé. Pour l'heure, les centres de vaccination vont encore peiner à se remplir. Selon la plateforme Doctolib, moins de 20.000 rendez-vous sont pris chaque jour pour une première injection.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Covid-19 : quels sont les départements où le nombre de cas augmente à nouveau ?

Texas : trois enfants abandonnés dans une "maison de l'horreur" avec le cadavre de leur frère

Le permis à points est-il sans effet sur la mortalité routière ?

PHOTOS - Miss France 2022 : de l'Alsace à Tahiti, découvrez la Miss de votre région

Ces propositions qu'Eric Zemmour emprunte au programme 2017 de François Fillon

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.