Covid-19 : cette "4e vague" peut-elle être comparée aux précédentes ?

D'un jour à l'autre, la charge virale d'un patient varie, et les résultats peuvent également évoluer.

DONNÉES - Alors que les taux de contamination au Covid-19 grimpent de jour en jour, le gouvernement considère que la France est entrée dans une quatrième vague. Celle-ci peut-elle être comparée aux précédentes ?

"Oui, la quatrième vague est là." Sur RTL ce mardi matin, Olivier Véran a estimé qu'au vu de la hausse des indicateurs épidémiologiques, la France est désormais entrée dans une nouvelle vague de l'épidémie de Covid-19. Depuis plusieurs semaines, le nombre de contaminations ne cesse en effet de progresser. Pour autant, cette nouvelle vague peut-elle être comparée aux précédentes, alors que 56% de la population a reçu au moins une dose de vaccin ?

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Une progression du virus très rapide

"Ce qui change, comparé aux premières vagues, c'est que le virus va très vite et est beaucoup plus contagieux", notamment à cause du variant Delta, a souligné Olivier Véran. "On est entre 100 à 130% d'augmentation des cas", a-t-il détaillé. Avant de s'appuyer sur de nouveaux chiffres dans l'hémicycle de l'Assemblée ce mardi après-midi :  le nombre de cas de contaminations au Covid-19 sur les dernières 24 heures a grimpé à 18.000, contre moins de 7.000 une semaine auparavant, s'est-il alarmé, insistant sur le caractère inédit de cette hausse due au variant Delta.

Lors des deux précédentes vagues, le nombre de cas, resté élevé lors des creux épidémiques, n'avait pas connu une telle accélération. Dans son bilan épidémiologique du 19 mars 2021, au début de la troisième vague, Santé Publique France rapportait une hausse des cas de 14% du 8 au 14 mars, avec  24.210 cas confirmés en moyenne chaque jour. Et le 16 mars, Jean Castex estimait que la France était entrée dans "une forme de troisième vague" de l'épidémie de coronavirus, "caractérisée par des variants nombreux". À ce moment-là, le variant anglais, majoritaire, représentait 72% des contaminations. Les variants brésilien et sud-africain faisaient aussi leur entrée sur le territoire.

Le 12 octobre 2020, Jean Castex déclarait : "La deuxième vague est là". Lors de la semaine précédente, 121.078 nouveaux cas avaient été confirmés par Santé Publique France. Une augmentation de 53% par rapport à la semaine précédente. "Tous les indicateurs sont à la hausse : le taux de positivité chez l’ensemble des personnes testées augmente (12,2% en semaine 41 versus 9,1 % en semaine 40, +3,1 points) particulièrement chez les patients avec des symptômes (22,2% en semaine 41 versus 16,6% en semaine 40, +5,6 points)", précisaient alors les autorités de santé. Un peu plus de  semaines plus tard, le gouvernement décrétait un confinement alors que 263.143 nouveaux cas confirmés de Covid-19 étaient enregistrés.

Un début de quatrième vague porté par le tourisme

Pour le moment, les contaminations se limitent aux zones les plus fréquentées par les touristes.  À savoir dans l'Hérault, les Alpes-Maritimes, les Pyrénées-Orientales, la Haute-Garonne, la Charente-Maritime et la Haute-Corse. Ailleurs en France, le taux d'incidence reste sous le seuil d'alerte.

Lors de la troisième vague, en mars, l'Île-de-France, les Hauts-de-France et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur avaient été les premières régions les plus touchées, comme au début de la deuxième vague.

"Une épidémie de jeunes"

Sur RTL ce mardi matin, le ministre de la Santé a qualifié la quatrième vague d'"épidémie de jeunes". "Les 15-30 ans, et même les 20-30 ans, ont le taux d'incidence le plus élevé",  a affirmé Olivier Véran. Cette tranche d'âge possède en effet, selon le dernier bilan de Santé Publique France, un taux d'incidence de 115/100.000, en augmentation de 77% sur une semaine. Les 10-19 ans affichent pour leur part un taux d'incidence de 63 cas pour 100.000 (+78%). Chez les 30-39 ans, il est de 57 cas pour 100.00 (+67%).

Selon Olivier Véran, ces chiffres sont étroitement liés à la vaccination, puisque cette tranche de la population "est moins vaccinée que les personnes âgées". Les 20-39 ans sont 49% à avoir reçu une première injection et 29% un schéma vaccinal complet. Bien moins que les 65-74 ans, qui sont 85% à être primo-vaccinés et 78% à avoir reçu deux injections.

Lire aussi

Lors de la troisième vague déjà, Santé Publique France avait noté dans son bilan du 18 mars une augmentation de l’incidence "dans l’ensemble des classes d’âge à l’exception des 75 ans et plus où elle était stable". Alors que le vaccin était réservé aux 75 ans et plus ou aux patients présentant des comorbidités, 8% de la population avait reçu une première dose de vaccin et 3,4% une deuxième. 

Mi-octobre, au commencement de la deuxième vague, Santé Publique France s'inquiétait de l'augmentation du nombre de cas chez les personnes âgées, qu'elle jugeait "très préoccupante car ces personnes sont les plus à risque de complication de Covid-19". La campagne vaccinale n'avait alors pas débutée.

Des hospitalisations beaucoup moins nombreuses

Si la vaccination a sensiblement diminué les contaminations chez les personnes les plus âgées, elle a également eu un effet sur le nombre d'hospitalisations et sur les décès. Selon les chiffres communiqués lundi par Santé publique France, 7041 patients Covid sont actuellement hospitalisés, dont 902 en soins critiques. Un seuil bien en-dessous de ceux observés lors de la précédente alerte du gouvernement sur l'arrivée de la troisième vague.

Au 16 mars, date à laquelle Jean Castex avait annoncé que le pays était entrée dans "une forme de troisième vague", 25.552 personnes étaient hospitalisées et 4260 personnes étaient placées en soins critiques. 

À l'image de cette quatrième vague en revanche, le gouvernement avait sonné l'alerte le 12 octobre pour la deuxième vague, alors que "seuls" 4000 patients Covid étaient hospitalisés, un chiffre stable comparé à la semaine précédente. Le nombre d'admissions en services de réanimation, lui, bondissait en revanche de 14% en 7 jours, avec 893 nouveaux patients.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 25.000 nouveaux cas en 24h, 22 décès enregistrés

Catalogne, Pays-Bas, Royaume-Uni... Comment expliquer la baisse de l'épidémie chez nos voisins ?

Variant Delta : avec deux doses, les vaccins Pfizer et AstraZeneca presque aussi efficaces que contre l’Alpha

Variant Delta : où se contamine-t-on le plus ?

"Nous sommes passés de Socrate à Francis Lalanne" : le discours cinglant d'un sénateur contre les anti-vaccins

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.