Covid-19 : les hôpitaux de Mulhouse, Colmar et Strasbourg réactivent leur "Plan blanc"

Le variant Omicron arrive alors que nos hôpitaux sont déjà sous tension. Dans plusieurs villes, le plan blanc a été déclenché. Ce dispositif permet de faire de la place pour les patients Covid et de réorganiser les services.

NOUVELLE VAGUE - Confronté à la reprise de l'épidémie de Covid, avec une cinquième vague qui déferle sur la France, le CHRU de Strasbourg a déclenché son "Plan blanc", jeudi 2 décembre, au lendemain de ceux de Mulhouse et Colmar. Ce dispositif de crise doit faciliter l'accueil d'un possible afflux de malades du Covid.

Ils avaient été mis à rude épreuve lors de la première vague. Les revoilà "confrontés à une évolution rapide de l'épidémie". Alors que les contaminations au variant Delta grimpent en flèche, le Haut-Rhin a le taux d'incidence le plus élevé du Grand Est (410 contre 311 pour la France). Pour éviter d'être submergés par une potentielle vague d'hospitalisations, les hôpitaux de Colmar et Mulhouse ont déclenché, mercredi 1er décembre, leur "Plan blanc", ont-ils annoncé dans un communiqué. 

"Pour faire face à un besoin de lits Covid important, les deux établissements se réorganisent pour recréer des unités dédiées à la prise en charge de ces patients", ce qui nécessite "dans certains cas de différer des activités de soins programmés", ont indiqué conjointement le Groupe hospitalier de la région de Mulhouse et Sud-Alsace (GHRMSA) et les Hôpitaux civils de Colmar (HCC). "Dans ce contexte particulier, les directions des deux établissements publics de santé décident de déclencher leur Plan blanc à partir (de) mercredi" 1er décembre, afin "d'assurer au mieux la continuité des soins", poursuivent-ils.

Toute l'info sur

La France touchée par une cinquième vague de Covid-19

L'hôpital de Mulhouse avait brièvement déclenché le "Plan blanc" fin septembre-début octobre, en raison notamment du manque de soignants. Près de 170 salariés non vaccinés étaient alors suspendus. Cette fois, c'est en prévision d'un afflux de patients Covid qu'il a été décidé de l'amorcer. Le Samu du Haut-Rhin a enregistré une hausse des appels avec "plus de 20% des appels journaliers" qui concernent cette pathologie. Le nombre de passages dans les services d'urgence augmente aussi.

Lire aussi

Le troisième "Plan blanc" à Strasbourg

Ils ont été imités, jeudi 2 décembre, par le CHRU de Strasbourg, confronté à son tour à "l'augmentation continue des hospitalisations de patients Covid". "Le nombre de patients hospitalisés a doublé en l'espace de 15 jours et correspond au pic atteint en mai 2021 avec 74 patients, dont 18 en réanimation", détaillent les hôpitaux universitaires. Ces hospitalisations s'ajoutent à un contexte hospitalier "en forte tension", avec "plus de 650 dossiers de régulation par jour au Samu, dont 30-40 cas Covid et plus de 200 patients par jour aux services d'urgences". Il s'agit du troisième "Plan blanc" déclenché au CHRU de Strasbourg depuis le début de la crise sanitaire, après ceux du printemps 2020 et de l'hiver 2020-2021.

Dispositif de crise des hôpitaux, le "Plan blanc" sert à planifier la mise en œuvre rapide et rationnelle des moyens humains et matériels en cas d'afflux de patients ou de victimes. Il permet la déprogrammation d'opérations non urgentes et de solliciter des renforts de personnels. Déclenché en cas d'attentat, d'accident grave ou d'épidémie, il s'applique aux hôpitaux et cliniques. La loi du 9 août 2004 impose la rédaction d'un Plan blanc à tous les établissements de santé.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : pour "donner de la visibilité", un Conseil de défense sanitaire prévu ce jeudi

Disparition de Gaspard Ulliel : qui est sa compagne Gaëlle Pietri, mère de leur fils Orso ?

Maroc : le parquet antiterroriste ouvre une enquête après "l'assassinat" d'une touriste française

Grève des enseignants : à quoi faut-il s'attendre pour la manifestation de ce jeudi ?

VIDÉO - Piscines illégales détectées par le fisc : que risquent les propriétaires ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.