Covid-19 : Mayotte confinée pour au moins deux semaines supplémentaires

35 personnels de la sécurité civile sont arrivés en renfort à Petite Terre (Mayotte), le 24 février 2021

RESTRICTIONS - Le département d'Outre-mer, confiné depuis déjà trois semaines, va devoir vivre sous cloche 15 jours de plus. Le taux d'incidence y est de près de 900 cas pour 100.000 habitants.

Mayotte restera confiné deux semaines supplémentaires au moins. C'est ce qu'a annoncé le préfet jeudi 25 février, près de trois semaines après le début de ce nouveau confinement. "Il faut poursuivre le confinement. Il a produit ses effets sur le nombre de contaminations. En le poursuivant sérieusement, il va soulager l'hôpital, le nombre d'hospitalisations diminuera", a déclaré Jean-François Colombet au journal télévisé de Mayotte la 1ère.

Début février, le gouvernement avait décidé un reconfinement à Mayotte pour au moins trois semaines face à l'épidémie de Covid-19.

Rentrée scolaire le 15 mars

Si le confinement est prolongé de deux semaines, c'est pour coïncider avec la rentrée scolaire, prévue le 15 mars, et organiser le retour des 100.000 élèves de l'île en classe avec un protocole sanitaire contrôlé. La capacité d'accueil des enfants sera revue à la baisse pour éviter les contaminations. 

En vidéo

Covid-19 : Mayotte submergée par le variant sud-africain

La courbe de contaminations, les décès liés à la Covid-19 et les hospitalisations ont augmenté de manière exponentielle à Mayotte depuis le début du mois de janvier jusqu'à la mi-février. Une augmentation due à la présence du variant sud-africain de la Covid-19. 

Le taux de positivié au Covid-19 dépasse les 30%

Le taux d'incidence a approché les 900 cas pour 100.000 habitants, le taux de positivité a dépassé les 30%, le nombre de cas confirmés en une semaine était supérieur à 2.300 et le nombre d'hospitalisés avoisinait les 150 personnes. Au 18 janvier, il y avait 579 cas sur une semaine, 13 personnes hospitalisées seulement et un taux d'incidence de 207 cas pour 100 000 habitants. 

Pour soulager le personnel hospitalier, des renforts de l'armée et de la sécurité civile sont arrivés à Mayotte, et des malades de la Covid-19 ont été évacués en avion médicalisé vers le CHU de La Réunion. 

Lire aussi

Les motifs impérieux restent obligatoires pour quitter Mayotte ou arriver dans l'île. Les voyageurs doivent envoyer leurs justificatifs six jours avant leur déplacement à la préfecture, qui les avisera deux jours avant leur déplacement si les motifs sont justifiés ou pas. 

Enfin, le contrôle des déplacements dérogatoires sera renforcé. Jusqu'à maintenant, ils visaient surtout les automobilistes. Désormais, les piétons devront eux aussi produire une attestation dérogatoire de déplacement, sous peine d’encourir une amende de 135 euros.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

Pfizer, Moderna… Et si vous ne pouviez bientôt plus choisir votre vaccin contre le Covid-19 ?

Lire et commenter