Les effets indésirables du vaccin contre le Covid-19 seront publiés chaque semaine

Les effets indésirables du vaccin contre le Covid-19 seront publiés chaque semaine

CORONAVIRUS - L'Agence du médicament (ANSM) a annoncé ce vendredi 11 décembre qu'un bilan hebdomadaire sur les effets secondaires du vaccin sera dévoilé chaque semaine.

La mission "rassurer les Français" est enclenchée. L'Agence du médicament (ANSM) a dévoilé qu'un rapport sur les effets indésirables signalés sera publié chaque semaine après le début de la campagne de vaccination contre le Covid-19. En plus de cela, un "dispositif renforcé" sera mis en place pour faciliter leur déclaration.

"L'enjeu majeur est (...) d'identifier des effets indésirables qui n'auraient pas été observés lors des essais cliniques", a expliqué Céline Mounier, directrice de la surveillance à l'ANSM, lors d'un point presse en ligne.

Toute l'info sur

La France à l'épreuve des variants du Covid-19

Les dernières actualités sur la pandémie

Dans quel contexte survient cette annonce ? Les premiers vaccins contre le Covid-19 arrivent, et avec eux surgissent dans le grand public des inquiétudes sur leurs possibles effets indésirables. Les données détaillées de deux des vaccins les plus avancés ont été publiées cette semaine et tous deux sont considérés comme sûrs.

L'essai clinique réalisé sur quelque 40.000 volontaires montre que ce vaccin provoque des effets indésirables classiques, souvent pénibles mais sans danger : 80% des vaccinés ont eu mal autour du point d'injection, beaucoup ont ressenti fatigue, maux de tête ou courbatures et certains ont eu un gonflement temporaire des ganglions. Des effets plus fréquents et intenses chez les plus jeunes.

Des rapports mis en ligne chaque semaine

Qui va se charger d'analyser ces effets secondaires ? Il s'agit des centres régionaux de pharmacovigilance qui devront "prendre en compte non seulement les cas remontés par les professionnels de santé et les patients, mais aussi les cas signalés par les laboratoires", a détaillé Céline Mounier. "Nous mettrons en ligne chaque semaine" ces rapports d'analyse, a-t-elle ajouté.

Ils viseront à signaler les événements déclarés qui constituent des "signaux potentiels" parce que très graves ou inattendus. Ces mêmes CRPV réaliseront ensuite des "travaux d'expertise" qui permettront "de confirmer ou d'infirmer le signal et de caractériser son niveau de risque", a-t-elle poursuivi.

Lire aussi

Des modifications vont aussi être mises en place sur le portail de déclaration des effets indésirables (signalement.social-sante.gouv.fr). Pour faciliter la remontée de ces cas, la page web sera "modifiée", pour être "accessible le plus vite possible" et recueillir d'emblée les informations pertinentes.

Si le médecin constate une réaction immédiate du patient après l'injection du vaccin, un clic depuis la plateforme Si-Vac destinée à recueillir les données de vaccination le redirigera directement vers le site de déclaration des effets indésirables, sans nécessité de renseigner de nouveau les informations du patient.

Enfin, "il est prévu une relance" auprès des patients vaccinés, dont les modalités sont en cours de discussion avec le ministère de la Santé, pour leur demander s'ils ont observé des effets indésirables après quelques jours.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Confinement dans le Pas-de-Calais, nouveaux départements sous vigilance... Ce que devrait annoncer Jean Castex ce jeudi

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 25.000 nouveaux cas ces dernières 24 heures

"Surveillance renforcée" : ces nouveaux départements qui pourraient basculer ce soir

Restaurants : les solutions envisagées pour les rouvrir

Allocations Pôle Emploi : trois cas pour comprendre le nouveau calcul

Lire et commenter