Des milliers d'"anti-masques" de nouveau réunis à Berlin, quelques centaines à Paris

22.000 personnes sont attendues ce samedi.

MANIFESTATION - Plusieurs milliers d'opposants au port du masque et aux mesures de restrictions contre la pandémie de Covid-19 ont commencé à défiler ce samedi à Berlin, dans un contexte de résurgence de l'épidémie en Allemagne. En France, pour la première fois, une manifestation d'opposants au port du masque s'est tenu à Paris. Elle a rassemblé quelques centaines de personnes.

On les appelle les "anticorona". Des milliers d'opposants au port du masque et aux mesures de restrictions contre la pandémie de Covid-19 défilent à nouveau ce samedi à Berlin. Pour cette "fête de la liberté et de la paix", comme l'ont baptisée ses initiateurs, quelque 22.000 personnes - libres penseurs, militants antivaccins, conspirationnistes ou encore sympathisants d'extrême droite - sont attendus. A la mi-journée, une foule compacte, rassemblant des quidams de toutes classes d'âge, y compris des familles avec enfants, était réunie autour de l'emblématique porte de Brandebourg, point de départ de la manifestation. 

Ils s'insurgent contre la "dictature" des mesures autour du nouveau coronavirus ressenties comme une entrave à leur liberté et exigent la chute du gouvernement d'Angela Merkel et de nouvelles élections en octobre 2020, soit un an avant la date prévue. "Je ne suis pas un sympathisant d'extrême droite, je suis ici pour défendre nos libertés fondamentales", tient à préciser Stefan, Berlinois de 43 ans, crâne rasé, portant un T-shirt gris avec écrit en majuscules blanches "penser, ça aide !". "On est là pour dire : il faut faire attention! Crise du coronavirus ou non, il faut défendre nos libertés", explique Christina Holz, une étudiante de 22 ans, qui porte un T-shirt réclamant la libération de Julien Assange, fondateur de Wikileaks détenu au Royaume-Uni.  

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

A quel stade en est l'épidémie, département par département ?

L'initiateur de la manifestation, Michael Ballweg, un entrepreneur en informatique sans étiquette politique à la tête du mouvement "Penseurs non-conformistes-711" apparu à Stuttgart, a dénoncé la tentative d'interdiction comme une "attaque contre la constitution" allemande défendant le droit d'expression. Une précédente manifestation du même type avait déjà réuni le 1er août quelque 20.000 personnes appartenant majoritairement à la sphère d'extrême droite. Elle avait été interrompue par la police car les manifestants n'avaient pas respecté les gestes barrière. 

Ce rassemblement intervient dans un contexte de grogne croissante dans l'opinion allemande à l'égard des restrictions liées à la pandémie. Comme de nombreux pays européen, l'Allemagne est confrontée ces dernières semaines à une reprise de la pandémie. Cette dégradation, en partie imputée au retour de vacances, a poussé les autorités à prendre de nouvelles mesures de restriction comme la limitation des rassemblements privés ou la mise en place d'amendes pour non-port du masque, là où il est obligatoire.

Un premier rassemblement à Paris ce samedi

A l’appel de plusieurs groupes Facebook proches du mouvement des "Gilets Jaune", un rassemblement de militants anti-masques a également eu lie ce samedi alors que les arrêtés se multiplient pour rendre obligatoire ce dispositif même à l'extérieur. Quelques centaines de personnes se sont rassemblées Place de la Nation à Paris.  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Euro : les Bleus qualifiés pour les huitièmes de finale avant même d'affronter le Portugal

Autonomie de 1000 km, charge en 3 min... Découvrez la première berline à hydrogène française

Covid-19 en France : qui sont ceux qui se contaminent encore ?

EN DIRECT - Euro : l'Angleterre assure, les Croates sauvent leur peau et se qualifient en 8e de finale

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de contaminations au plus bas depuis le 13 août 2020

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.