Des centres de vaccination bientôt réservés aux fonctionnaires

ILLUSTRATION

CAMPAGNE VACCINALE - La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques a annoncé que de nouveaux centres destinés exclusivement des agents publics vont être créés. L’obligation vaccinale pour les fonctionnaires n’est en revanche pas à l’ordre du jour.

Face à la reprise épidémique et l’ombre d’une quatrième vague dès la fin du mois de juillet selon le ministre de la Santé, le gouvernement mise sur la progression de la campagne vaccinale. Les fonctionnaires pourront bénéficier de centres de vaccination qui leur sont réservés : c’est l’annonce d’Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, dans les colonnes du Journal du Dimanche ce dimanche 11 juillet. L’objectif : "lever les derniers freins existants pour accélérer la vaccination", selon la ministre. 

À compter de ce lundi 12 juillet, les quelque 300 préfectures et sous-préfectures françaises seront encouragées par le gouvernement à ouvrir de nouveaux centres destinés uniquement aux agents de la fonction publique. Des créneaux de vaccination réservés seront aussi dégagés dans les centres déjà existants. En tout, ce sont 5,6 millions de fonctionnaires qui sont concernés par la mesure.

Elle écarte en revanche pour le moment l’obligation vaccinale et les sanctions qui y sont liées pour les agents qui ne relèvent pas du secteur de la santé. 

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Lire aussi

“Plus personne ne pourra dire ne pas pouvoir se faire vacciner”

L'accès réservé vise en particulier une frange de 10% à 20% d’entre eux, qui peinent encore à recevoir des injections à cause de difficultés pratiques selon Amélie de Montchalin. “Cette mobilisation logistique doit permettre de faciliter l'organisation des agents publics, dont beaucoup sont mobilisés pendant la période estivale, a-t-elle estimé. Plus personne ne pourra dire ne pas pouvoir se faire vacciner.” 

Cette mesure vient compléter une autorisation spéciale d’absence (ASA), accordée depuis début juillet aux fonctionnaires territoriaux. Le droit est valable pour pouvoir se rendre en centre de vaccination, mais aussi pour s’absenter en cas d’effets secondaires importants ou pour accompagner un enfant de plus de 12 ans se faire vacciner. L’autorisation devrait s’étendre à toute la fonction publique. 

Cette décision survient plusieurs mois après la mobilisation de syndicats, qui avaient réclamé sans succès en mars l’accès prioritaire aux injections pour les fonctionnaires en lien direct avec le public. Le Premier ministre Jean Castex avait seulement accordé en mai une ouverture anticipée à la vaccination aux sept millions de personnes “les plus exposées” de part leur activité, dont une majorité d’agents publics et territoriaux. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : l'ex-Miss France Vaimalama Chaves éliminée, Bilal Hassani au sommet

EuroMillions : un Français remporte la cagnotte de 220 millions d'euros, un record en Europe

Deux navires de guerre russe et américain frôlent l'incident en mer du Japon : "Un acte inadmissible"

Covid-19 : quand thés dansants et parties de belote virent aux clusters en Loire-Atlantique

Gare du Nord : un mort et un blessé dans un accident, des passagers bloqués une partie de la nuit

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.