Des milliers de doses pour une poignée de volontaires : que fait-on des stocks inutilisés de vaccin AstraZeneca ?

Les médecins assurent la vaccination en ville depuis le 25 février 2021.

VACCINATION - Ce week-end, une cinquantaine de personnes seulement se sont présentées au centre de vaccination de Nice. Lorsqu’elles ne trouvent pas preneur, les doses de vaccin AstraZeneca sont conservées pour servir ultérieurement aux publics prioritaires, assurent les autorités de santé.

Ce qui devait être une grande opération vaccination s’est avérée être un fiasco. Faute de volontaires parmi les professionnels prioritaires de plus de 55 ans, le vaccinodrome du Palais des Expositions de Nice a fermé ses portes samedi 17 avril en début d’après-midi et n’a pas rouvert le lendemain. "Ce samedi matin, nous avons vacciné quelques personnes des forces de l'ordre et des prioritaires, mais faute de volontaires pour les rendez-vous cet après-midi, nous allons fermer", a alors annoncé la mairie.  Ainsi, 58 personnes seulement ont bénéficié d’une injection après avoir pris rendez-vous, bien loin des 4000 prévues.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Les dernières infos sur la vaccination et le déconfinement

Une conservation de plusieurs mois

La faute à une communication tardive, argue l’Agence de sécurité sanitaire environnementale et de gestion des risques auprès de Nice Matin, mais aussi à la mauvaise publicité que subit le vaccin suédo-britannique. Après une brève suspension le temps d’éclaircir les quelques cas de thromboses survenus en Europe chez des personnes vaccinées, AstraZeneca suscite la méfiance de la population qui lui préfère les vaccins à ARNm, Pfizer et Moderna. Ce n’est d'ailleurs pas la première fois qu’un centre de vaccination ne parvient pas à écouler ses stocks : début avril, 1200 doses de vaccin AstraZeneca n’ont pas trouvé preneur dans trois centres du nord de la France, à Calais, Gravelines et Boulogne-sur-Mer. Depuis, le Forum Gambetta de Calais qui accueille la campagne de vaccination, ne trouve pas plus de volontaires le week-end et n’ouvre plus le dimanche, rapporte La Voix du Nord.

Mais alors, que deviennent ces doses inutilisées ? À la différence des vaccins à ARNm qui ne se conservent qu’à très basse température dans des réfrigérateurs prévus à cet effet, le vaccin AstraZeneca se garde très bien entre 2 et 8 degrés à condition que le flacon, qui contient huit ou dix doses, n’ait pas été ouvert. Ce qui ne nécessite pas d’utiliser les doses disponibles dans un délai très court, mais plutôt de les redéployer dans les centres afin qu’elles trouvent preneur dans les prochains jours. "La priorisation de la vaccination par AstraZeneca pour certains professionnels doit se dérouler pour au moins deux semaines. Ces doses, qui par ailleurs se conservent plusieurs mois, seront donc utilisées ultérieurement dans ces centres", nous indique la Direction générale de la Santé (DGS). Également sollicitée par LCI, l’Agence régionale de Santé (ARS) Hauts-de-France assure que "quand le problème s’était posé à Calais, les doses étaient restées dans le centre et avaient servi pour des injections dans les jours qui suivaient". En effet, 170 des 550 doses inutilisées au centre de Calais avaient pu être administrées le mercredi suivant. 

Lire aussi

À Nice, la sous-préfète de Grasse Anne Frackowiak-Jacobs a quant à elle évoqué une distribution de ces doses dans une caserne de pompiers afin qu’elles bénéficient aux personnes prioritaires à la vaccination. Alors que la campagne vient tout juste de s’ouvrir aux plus de 55 ans et à certaines professions, les personnes volontaires, mais non éligibles à la vaccination, ne peuvent donc pas profiter des doses qui dorment dans les frigos. Depuis samedi, des créneaux dédiés aux professionnels particulièrement exposés au Covid-19 de plus de 55 ans (enseignants, professionnels de la petite enfance, policiers et gendarmes) sont ouverts dans plusieurs centres de vaccination.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte "vent" : 2 départements en vigilance

Le "champignon noir" : que sait-on de cette infection qui touche les yeux de patients guéris du Covid en Inde ?

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Elle a tué son mari qui la tyrannisait : Valérie Bacot témoigne dans "Sept à Huit" avant son procès

Vaccin : le casse-tête de l'exécutif pour écouler les doses d'AstraZeneca

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.