Covid-19 : Lyon, Lille, Grenoble, Saint-Etienne, Dijon... ces villes qui changent de niveau d'alerte

Covid-19 : Lyon, Lille, Grenoble, Saint-Etienne, Dijon... ces villes qui changent de niveau d'alerte

ÉPIDÉMIE - Face à des indicateurs de l'épidémie de Covid-19 toujours plus préoccupants, six nouvelles métropoles vont changer de niveau d'alerte ce samedi. Deux autres sont en sursis. Voici le détail.

Six métropoles en alerte maximale, deux en alerte renforcée et deux autres sous surveillance...   Le ministre de la Santé a dressé une nouvelle carte de France de l'épidémie ce jeudi lors de son point presse hebdomadaire. "La situation sanitaire continue de se dégrader en France", a résumé Olivier Véran avant  de présenter la liste des villes désormais concernées. De Lyon à Lille en passant par Clermont-Ferrand ou Dijon, les mesures de restrictions seront annoncées au cas par cas. Plusieurs millions d'habitants sont concernés. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Lille, Lyon, Grenoble et Saint-Etienne en zone d'alerte maximale

Lille, Lyon, Grenoble et Saint-Etienne passeront à partir de samedi matin en zone d'alerte maximale en raison de la dégradation des indicateurs liés à l'épidémie de Covid-19. Seuls Paris, Aix-Marseille et la Guadeloupe étaient jusqu'alors dans ce niveau d'alerte.  "La situation s'est dégradée dans plusieurs métropoles ces derniers jours", ce qui va conduire à "basculer" certaines d'entre elles dans un niveau supérieur d'alerte, a expliqué le ministre.

Dans le détail,  Lille avait "une incidence très élevée en population générale, chez les personnes vulnérables également et un taux d'occupation des lits par les malades du coronavirus qui a atteint les 30%". 

S'agissant de Grenoble, la métropole "présente les mêmes caractéristiques c'est à dire un taux d'incidence en population générale et en population vulnérable et une part des malades du Covid supérieure à 30%".

Concernant Lyon, "la situation s'est également dégradée" avec une incidence ayant "dépassé les quotas d'alerte" tandis que "la part des patients en réanimation à l’échelle régionale est donc la même qu'a Grenoble c'est à dire supérieure à 30%".

 Enfin,  Saint Etienne "présente peu ou prou les même caractéristiques". 

Dijon et Clermont-Ferrand en alerte renforcée

Le ministre a d'autres part indiqué que Dijon et Clermont-Ferrand seraient placés à partir de samedi matin en alerte renforcée, un cran en-dessous du niveau d'alerte maximal. Elles rejoignent dans ce groupe, les métropoles de Bordeaux, Rennes, Rouen et Nice. 

"Dijon a maintenant un taux d'incidence chez les personnes âgées qui justifie son passage en zone d'alerte renforcée de la même manière que Clermont-Ferrand a une incidence en population générale et une incidence en population vulnérable qui justifie son classement en zone d'alerte renforcée", a-t-il détaillé.

Toulouse et Montpellier en sursis

"Deux autres métropoles présentent des caractéristiques épidémiques inquiétantes", a par ailleurs indiqué Olivier Véran au sujet de Toulouse et Montpellier. "A l'instar de ce qui a été fait la semaine dernière nous nous donnons quelques jours pour voir si la situation se dégrade et si les indicateurs se dégradent", a-t-il précisé, ajoutant qu'"une bascule pourrait être opérée d'ici à lundi matin".

Concernant Toulouse, le ministre a souligné que le taux d'incidence "n'a pas encore atteint le seuil maximal et que la part de patients en réanimation pourrait franchir les 30% dans les prochains jours".

"Des signes d'amélioration"

"Il y a aussi des signes amélioration dans plusieurs endroits du territoire", a enfin tenu à souligner le ministre au sujet de l'évolution de la situation épidémique. "Ainsi la Nièvre et le Morbihan quittent les départements classés en zone d'alerte et on enregistre une amélioration sensible de la situation sanitaire à Nice à Bordeaux", a-t-il énuméré, précisant qu'"une inflexion positive est également observée à Rennes ainsi qu'à Aix Marseille". 

Néanmoins, a-t-il conclu, "il n'y a pas à date de signe de bascule à un niveau inférieur", estimant qu'"avant de crier victoire il faut avoir suffisamment de recul".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - "Lever le confinement le 15 décembre, ce ne sera pas baisser la garde", souligne Gabriel Attal

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Allègement du confinement : les mesures détaillées jeudi à 11h par Jean Castex

L'ouverture des stations de ski "impossible" pour les vacances de Noël

Lire et commenter