Face au risque d'un confinement national, "il y a encore de l'espoir", estime Jérôme Salomon

Pour endiguer la propagation du virus, vingt départements sont sous surveillance renforcée. L'objectif est de tout faire pour éviter un reconfinement national. Mais les mesures prises jusqu'ici sont-elles vraiment pertinentes sur un plan sanitaire ?

STRATÉGIE - L'heure n'est pas encore au confinement général. Dans le JDD, Jérôme Salomon estime que les mesures mises en place par le gouvernement s'avèrent pour le moment efficaces, nous permettant de gagner du temps contre le virus.

"Nous ne sommes pas passifs face au Covid." Dans une interview publiée dans le Journal Du Dimanche, l'infectiologue et directeur général de la santé, Jérôme Salomon, défend la stratégie gouvernementale engagée face au coronavirus. Selon lui, l'"arsenal très important" de mesures mis en place nous permet "de tenir pendant que la vaccination se déploie".

"Dans les Ehpad, le taux de vaccination frôle les 80 %, avec des conséquences déjà visibles sur la mortalité et les admissions à l’hôpital", se félicite-t-il notamment.

Toute l'info sur

La France face à une 3ème vague d'ampleur

Le couvre-feu et les confinement locaux, des mesures efficaces selon Jérôme Salomon

Si la pression hospitalière reste encore très forte et que la progression des variants s'accélère toujours plus - le variant anglais représentant désormais 53% des cas sur le territoire, l'heure n'est pas encore au reconfinement national pour l'infectiologue. "Il y a toujours de l’espoir", rassure-t-il en assurant que les mesures de freinage en place s'avèrent très efficaces, en particulier le couvre-feu. "Ce dernier fonctionne très bien, répond bien à la problématique des rassemblements privés et intéresse d’ailleurs beaucoup nos voisins, qui ont été surpris de ses effets", déclare Jérôme Salomon au JDD. Il se réjouit aussi de l'adoption de confinements locaux, plus compréhensibles pour la population et donc mieux appliqués. "À Dunkerque ou à Nice, ils voient bien que la situation locale est inquiétante. C’est toujours compliqué d’appliquer des mesures quand vous ne vous sentez pas concerné".

Le directeur général de la santé fait savoir que les effets du confinement le week-end vont être étudiés de près, affirmant que cette mesure a déjà fait ses preuves en Guyane. Ce type de confinement aurait permis d'y diviser par trois le nombre de contaminations.

Lire aussi

"On peut encore éviter le confinement si tout le monde fait un effort. Si chacun respecte les mesures barrière, se fait tester au moindre doute et s’isole en cas de contamination", soutient Jérôme Salomon, qui rappelle que le gouvernement y songera "en dernier recours".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Vacances confinées : ces Français qui trichent (sciemment ou sans le savoir)

Lire et commenter