Covid-19 : le Pas-de-Calais confiné pour 4 week-ends, mesures renforcées dans 22 autres départements

Covid-19 : le Pas-de-Calais confiné pour 4 week-ends, mesures renforcées dans 22 autres départements

CONFINEMENT - Jean Castex et Olivier Véran ont fait le point ce jeudi 4 mars sur l’évolution de l’épidémie en France et le cas des départements "sous surveillance renforcée", désormais au nombre de 23.

Lors de sa conférence hebdomadaire sur l’évolution de la situation sanitaire en France, Jean Castex a annoncé l’instauration de nouvelles restrictions sanitaires dans les départements où le taux d’incidence dépasse les 250 nouveaux cas pour 100.000 habitants. Jusqu'ici au nombre de 20, ces départements sont désormais 23 à être "placés sous surveillance renforcée" avec l’entrée des Hautes-Alpes, de l’Aisne et de l’Aube. Deux scénarios différents ont été retenus par l’exécutif au terme des discussions avec les élus locaux et au vu d’une "situation territoire beaucoup plus contrastée", selon le Premier ministre. L’un concerne le Pas-de-Calais, l’autre vise les 22 autres départements où le virus circule plus qu’ailleurs. 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie

Le Pas-de-Calais, seul à être confiné le week-end

Le Pas-de-Calais va connaitre dès maintenant un confinement le week-end, à l’image de celui qui a été mis en place il y a une semaine dans les agglomérations de Nice et de Dunkerque. "Les règles du confinement s’y appliqueront dès ce week-end, du samedi 6 heures au dimanche 18 heures", a précisé Jean Castex. Selon nos informations, ce confinement devrait durer quatre week-ends.

Autre mesure prise dans le département : la fermeture des "grandes surfaces commerciales non alimentaires de plus de 5000 m²" pour éviter les brassages de population durant la semaine. Dans le département, le taux d’incidence a dépassé le seuil des 400 pour 100.000 habitants et a progressé de 23% ces sept derniers jours.

Les 22 autres départements surveillés par les autorités échappent à cette heure au confinement partiel car "les évolutions observées ne justifient pas de prendre à ce stade une mesure équivalente", selon le chef du gouvernement. Des nouvelles restrictions vont toutefois être prises dans l’ensemble de ces territoires "pour limiter les risques de regroupements ou de brassage dans l’espace public ou dans les grands magasins". Il a été décidé la fermeture des centres commerciaux de plus de 10.000 m² et l’obligation du port du masque dans toutes les zones où celui-ci n’était pas imposé. Ces mesures doivent entrer en vigueur ce vendredi à minuit.

Lire aussi

L’exécutif laisse aussi aux préfets la possibilité de prendre d’autres mesures au cas par cas, comme celle d’interdire des manifestations ou bien d’"interdire ou (de) réglementer l’accès de certains sites très fréquentés pendant les week-end, où l’on observe des regroupements de masse, trop souvent sans masque ni distanciation". Concrètement, cela pourrait concerner les quais de Paris, où les citadins se sont beaucoup regroupés à la faveur des températures plus douces, ou encore des places ou des secteurs délimités comme ce qui a été décidé à Toulouse le week-end dernier. 

"Je comprends évidemment le besoin de sortir et de se retrouver, notamment avec le retour des beaux jours, mais les images que nous avons vues encore ce week-end dernier dans certaines grandes villes, y compris à Paris, ne sont tout simplement pas raisonnables", a insisté Jean Castex.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : Angela Merkel a reçu une première dose d'AstraZeneca

VIDÉO - La directrice de la pharmacovigilance danoise s'évanouit en pleine conférence de presse

Avec 100.000 morts du Covid, où la France se situe-t-elle dans le monde ?

Déconfinement : les pistes du gouvernement

100.000 morts du Covid en France : quel est le profil des victimes ?

Lire et commenter