La France réalise-t-elle "30% de tests en moins depuis 15 jours"?

La France réalise-t-elle "30% de tests en moins depuis 15 jours"?
Santé

MISE AU POINT - Bruno Retailleau a affirmé que le nombre de tests en France avait baissé de 30% depuis 15 jours. Une tendance effectivement confirmée par les chiffres de Santé publique France mais que les autorités de santé expliquent.

Le chef de fil des Républicains au Sénat n'a pas été tendre avec le gouvernement. Invité sur France inter, Bruno Retailleau a vilipendé ce mercredi 7 octobre sur France Inter la gestion "chaotique" de la crise sanitaire, estimant que d'abord "on a loupé les masques" et ensuite "les tests". Pour preuve, Bruno Retailleau avance un chiffre. Selon lui "vous avez 30% de tests en moins depuis une quinzaine de jours en France". Une affirmation dont LCI n'a pas su retrouver la trace mais qui n'est pas si loin de la réalité.

Un phénomène confirmé par les chiffres

Interrogé sur l'origine de ce pourcentage, l'élu de droite dit citer une "source ARS" (Agence régionale de Santé). Auprès de LCI, son entourage nous confirme qu'il s'agit d'une information "issue d'une discussion confidentielle" entre le sénateur de la Vendée "avec un haut responsable d'une ARS". Contact qu'il a "depuis le début de la crise", nous précise-t-on, notant que cette dernière l'aurait informé de cette tendance "hier soir" (Mardi soir). 

L'entourage du président du groupe Les Républicains au Sénat n'a pas précisé cette information. Et l'agence des Pays de la Loire, où il est élu, n'a pas répondu à nos sollicitations. Cependant, les données du dépistage sont publiques et mises à jour chaque semaine par Santé publique France. LCI s'est donc penché sur le dernier bulletin épidémiologique en date, qui remonte au 1er octobre dernier. Les éléments qui y sont communiqués sont ceux de la semaine 39, à savoir du 21 au 27 septembre. Là déjà, l'agence sanitaire française relevait que le taux de dépistage - qui représente le nombre de personnes testées rapporté à la population - avait "diminué" par rapport à la semaine précédente. Avec 1.378 dépistages pour 100.000 habitants contre 1.726 tests pour 100.000 habitants pour la période précédente, ce taux avait alors baissé de 20%. Santé Publique France citait également le chiffre de 30% dans ce bulletin. Il concernait la baisse du nombre de personnes testées entre la semaine 39 par rapport à la précédente "chez les personnes symptomatiques".

Lire aussi

Une diminution de 26% en 14 jours

Cependant, les chiffres mis à jour par Santé publique France chaque jeudi ne concernent que la semaine précédente. Pour avoir des données actualisées, il faut se rendre sur le portail Géodes, qui recense notamment les informations issues des laboratoires en France. Parmi elles, celle de "l'activité analytique", qui correspond au nombre de tests réalisés rapporté à la population, par semaine glissante. On y lit que du 27 septembre au 3 octobre, il y a eu 1.270 tests pour 100.000 habitants. Rapportés aux chiffres de la semaine 27, soit 15 jours plus tôt, communiqués par Santé publique France, on observe donc bien une diminution, mais uniquement de 26%. Rien ne permet donc aujourd'hui d'affirmer que le pays réalise "30% de tests en moins depuis une quinzaine de jours". Bien qu'on note incontestablement une tendance à la baisse.

Comment expliquer une telle diminution ? Sollicitée par LCI, la Direction générale de la Santé (DGS) apporte des éléments de réponse et indique que "l’ensemble des rentrées scolaires, universitaires, touristiques et salariales ont entraîné une hausse du nombre de tests pratiqués. En effet, dans plusieurs cas, un test était demandé pour faire sa rentrée. Par conséquent, une partie de cette baisse correspond à un retour à la normale du nombre de tests pratiqués par semaine." On compte par ailleurs un nombre de tests par semaine "toujours supérieur au million", insiste la DGS, "ce qui continue de faire de la France l’un des pays européens avec le taux de dépistage le plus important". Ce dernier se révèle "très supérieur au seuil de 75/100 000 habitants/jrs retenu par le Conseil scientifique", ce qui fait dire aux autorités de santé que "la baisse du nombre de tests est donc à prendre avec beaucoup de modération".

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la Grèce reconfinée partiellement à partir de mardi

L’ŒIL DE LAURENCE HAÏM - "Il se passe quelque chose au Texas"

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pouvez sortir autour de chez vous

EN DIRECT - Attentat de Nice : une troisième personne en garde à vue

Olivier Véran a-t-il affirmé que "c’est le confinement qui provoque la circulation du virus" ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent