Covid-19 : la vaccination des 16-18 ans "sera faisable" courant juin, affirme Alain Fischer

Ils sont des millions, âgés de 18 à 50 ans, à vouloir être vaccinés et n’ont plus longtemps à attendre. Jean Castex a annoncé cet après-midi que toutes les personnes majeures, sans comorbidités, pourront commencer à se faire vacciner dans 11 jours.

IMMUNITÉ COLLECTIVE - Le président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale a déclaré vendredi que l'exécutif planchait sur l'ouverture de la vaccination aux plus jeunes. Selon lui, les 16-18 ans pourraient recevoir une injection dès le mois de juin. Il ne s'agit pour l'heure que d'une hypothèse de travail.

Bientôt une nouvelle étape de la campagne de vaccination en France ? Invité de BFMTV ce vendredi, le Pr Alain Fischer a indiqué que les autorités réfléchissaient déjà à rendre les plus jeunes Français éligibles à la vaccination contre le Covid-19. Ainsi, après l'ouverture de la campagne à tous les majeurs à compter du 31 mai, les mineurs de 16 à 18 ans pourraient rapidement se voir offrir la précieuse injection. Ce "sera faisable courant juin", affirme le professeur d'immunologie et président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale. 

L'Union européenne a récemment donné son autorisation de mise sur le marché s'agissant des 16-18 ans. En France, la vaccination est réservée depuis le 6 mai, dans cette tranche d'âge, aux jeunes souffrant de maladies graves, soit 800.000 personnes. L'idée d'étendre la vaccination courant juin pour tous les 16-18 ans reste, pour l'heure, une hypothèse de travail au sein du gouvernement.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Les ados vaccinés à la rentrée scolaire ?

Par ailleurs, Alain Fischer s'est montré favorable à la vaccination des "adolescents" (12-15 ans) lors de la rentrée scolaire de septembre 2021. "Moi je trouve qu'il serait formidable de les vacciner à l'école, si on peut", indique-t-il. "Pour l'instant, c'est au stade de la réflexion", ajoute-t-il. D'autant que l'autorisation de mise sur le marché attend la décision de l'Agence européenne du médicament, courant juin, pour cette tranche d'âge, et que le sujet est complexe, notamment sur le plan logistique, sanitaire et éthique. 

Enfin, pour ce qui est des enfants de moins de 12 ans, rien n'est encore défini. "Ce n'est pas à l'ordre du jour, car on n'a pas de données en termes de sécurité et d'efficacité", explique Alain Fischer. "Les enfants étant un vecteur de l'épidémie, les vacciner serait un facteur favorable, mais il faut d'abord que les adultes se vaccinent", souligne le "Monsieur vaccin" du gouvernement qui estime qu'il faut atteindre les "80-90%" d'adultes vaccinés pour commencer à parler d'immunité collective. 

Lire aussi

Jusque-là, 22.062.474 personnes en France ont reçu au moins une injection (soit 32,9% de la population totale et 42 % de la population majeure) et 9.426.373 personnes ont reçu deux injections (soit 14,1% de la population totale et 17,9% de la population majeure). Lors de la seule journée de jeudi, 672.339 doses ont été administrées. Le même jour, Jean Castex a annoncé l'avancement de la date d'ouverture de la vaccination à tous les majeurs. Tous les plus de 18 ans pourront donc recevoir une injection dès le 31 mai prochain.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Angleterre : dépassé par le variant Delta, Boris Johnson décale d'un mois le déconfinement

AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

EN DIRECT - Vaccins Pfizer et Moderna : le délai minimal entre deux doses abaissé à trois semaines

Que se passe-t-il à la centrale nucléaire de Taishan, en Chine ?

"Ça va être Gilets jaunes puissance 10" : la fronde des automobilistes contre les ZFE en centre-ville

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.