La désinfection des plages a-t-elle un intérêt sur le plan sanitaire ?

La désinfection des plages cannoises a duré 3 jours.

À LA LOUPE – La mairie de Cannes a fait appel à une société pour désinfecter ses plages à l'aide d'eau de mer et d'eau oxygénée faiblement concentrée. Si la volonté de rassurer les habitants et les touristes s'entend, l'intérêt sanitaire n'est aujourd'hui pas démontré.

La réouverture des plages, prévue ce 2 juin, était très attendue à Cannes. Pour la préparer, la municipalité a pris une mesure surprenante, en faisant appel à un prestataire extérieur pour désinfecter près de sept kilomètres de littoral. Une désinfection des plages opérée avec la pulvérisation d'eau oxygénée, largement diluée dans l'eau de mer (0,5%).

Pour le maire LR de la ville, David Lisnard, cette opération menée sur trois jours permet de répondre à plusieurs besoins. "L'objectif est bien sûr sanitaire mais aussi psychologique", indique-t-il, ainsi que de rassurer les habitants et vacanciers qui voudraient profiter des plages durant la période estivale. 

Le gérant de l'entreprise en charge des pulvérisations a quant à lui indiqué à TF1 que cette solution présente l'intérêt de ne rejeter "aucun résidu chimique", et certifie que ce cocktail se montre "efficace contre tous les virus et toutes les bactéries". Une efficacité néanmoins limitée dans le temps puisque ce responsable l'estime à 48 heures. 

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

En vidéo

À Cannes, les plages sont désinfectées à l'eau oxygénée

Aucune recommandation en ce sens

L'intérêt d'une telle opération sur le plan sanitaire interroge, même si une partie de la population se dit soulagée en voyant les plages ainsi pulvérisées. Cette question a été soulevée par le Haut conseil de santé publique (HCSP), dans un avis rendu le 4 avril. L'institution soulignait alors que "l’absence d’argument scientifique de l’efficacité des stratégies de nettoyage spécifique et de désinfection de la voirie sur la prévention de la transmission du SARS-CoV-2". 

Conséquence de ce constat ? Le HCSP recommande de "ne pas mettre en œuvre une politique de nettoyage spécifique ou de désinfection de la voirie dans le contexte de l’épidémie de COVID-19". Sa préconisation était plutôt de "continuer d’assurer le nettoyage habituel des voiries et d'assurer le nettoyage et la désinfection à une fréquence plus régulière du mobilier urbain avec les équipements de protection habituels des professionnels".

Lire aussi

Le Haut conseil évoque un potentiel "impact psychologique sur la population", mais qui ne doit pas à ses yeux justifier une telle opération. En l'état actuel des connaissances, la capacité du virus à survivre dans l'environnement demeure encore mal connue. Des expériences ont eu lieu, afin d'essayer de mesurer sa résistance sur diverses surfaces, mais les conditions dans lesquelles ces tests ont lieu (en laboratoire) et l'influence de facteurs extérieurs incitent à la plus grande prudence quant à l'interprétation des résultats.

" La durée dans le temps de l’infectiosité du virus est conditionnée par plusieurs paramètres comme le type de support, l’humidité résiduelle, la température, la quantité de liquide biologique et la concentration virale initiale", note le HCSP. Les études disponibles, détaille-t-il, "soulignent une persistance du virus dans l’environnement, mais des données complémentaires seraient nécessaires pour caractériser la viabilité et le pouvoir infectant des virus persistants compte tenu de la diminution importante de la charge virale. On ne connait pas non plus l’extrapolation qui pourrait en être faite dans les espaces extérieurs urbains."

Pas plus qu'un autre espace public

L'initiative prise par la mairie de Cannes pourrait-elle faire des émules ? Interrogé par LCI, le ministère des Solidarités et de la Santé ne recommande pas non plus "de mettre en place une désinfection spécifique des plages dans le cadre de leur réouverture au public". Pour justifier cette position, il s'appuie sur les observations formulées par le HCSP, et rappelle que "les plages étant des espaces publics, ces recommandations leur sont également applicables."

La Direction générale de la santé souligne que "la cellule interministérielle spécialisée dans la décontamination des infrastructures (CiSDi) […] a elle-même rendu un avis très détaillé sur la question de l’opportunité de la désinfection des espaces publics". Son rapport, transmis à l’association des maires de France, est aisément consultable en ligne et préconisait de ne pas mettre en place de mesures de nettoyage ou de désinfection spécifique, celles appliquées d'ordinaire étant jugées suffisantes.

Aucun élément ne permet donc aujourd'hui de mettre en avant un quelconque bénéfice sur le plan sanitaire aux pulvérisations sur les plages. Il faut toutefois reconnaître que la solution à base d'eau de mer et d'eau oxygénée diluée est respectueuse de l'environnement, et que cette dernière est connue comme un désinfectant assez efficace, notamment contre les virus dont elle s'attaque à l'enveloppe. Le faible dosage (0,5%) correspond quant à lui à celui mentionné comme efficace par le CiSDi, sur la base d'une des rares études disponibles sur la question.

Fermées depuis des semaines, les plages représentaient-elles un danger ? Il demeure possible d'en douter, d'autant plus que les autorités sanitaires jugent qu'il n'est pas nécessaire qu'elles soient concernées par des procédures de désinfection. Tout au moins peut-on reconnaître à ces mesures un effet "rassurant" pour les populations, sans présenter de nocivité écologique.

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Sous-marins australiens : Paris et Washington se renvoient la balle

EN DIRECT - Guadeloupe : les autorités sanitaires déposent une dizaine de plaintes après des menaces de mort

Pourquoi la disparition d'al-Sahraoui est un "gros coup" porté au groupe État islamique au Grand Sahara

Patrimoine, assurance-chômage... Les annonces d'Emmanuel Macron pour les travailleurs indépendants

Covid-19 : bientôt un allègement des restrictions en France ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.