Alors que la France est "en retard", le Royaume-Uni s'est emparé du problème du Covid long

Alors que la France est "en retard", le Royaume-Uni s'est emparé du problème du Covid long

OUTRE-MANCHE - Près de 6 millions de Français ont été contaminés par le Covid-19, dont certains ont développé un Covid long. Mardi, sur LCI, Gilbert Deray, chef du service néphrologie à la Pitié-Salpêtrière, s'inquiète du retard pris par la France sur le sujet et prend l'exemple de la Grande-Bretagne.

"15 millions aux États-Unis, 4 à 5 millions en Grande-Bretagne" : pour Gilbert Deray, chef du service néphrologie à la Pitié-Salpêtrière (AP-HP), "le Covid long est une épidémie" à prendre très au sérieux. Invité ce mardi 27 juillet au matin sur LCI, le professeur affirme que la France a "beaucoup de retard" sur le sujet.

"En Grande-Bretagne, on a construit des cliniques Covid long, dont certaines réservées aux enfants. C'est vous dire l'ampleur du problème", fait-il remarquer. Alors que 6 millions de Français ont déjà été contaminés par le Covid-19, nous avons été voir comment les formes longues de la maladie étaient prises en charge outre-manche et ce qui pourrait inspirer un futur plan national Covid long.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

A quel stade en est l'épidémie, département par département ?

50 millions d'euros pour la recherche sur le Covid long au Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, où près d'un million de personnes sont atteintes d'un Covid long, la problématique a été abordée très rapidement. Dès le mois de mars 2020, des scientifiques du King's College de Londres ont co-développé une application mobile pour suivre les symptômes du Covid-19, téléchargée depuis par plus de 4,5 millions de personnes. En octobre, les données collectées ont permis de réaliser une première étude sur l'étendue du Covid long dans le pays. Sur un échantillon de 4000 personnes testées positives, une sur sept rapportait souffrir encore de symptômes après un mois et une sur vingt après deux mois.

Une autre étude, réalisée par l'Imperial College de Londres sur plus de 500.000 Britanniques et dont les conclusions ont été dévoilées fin juin, montre qu'un tiers des patients est en fait concerné par un Covid long et qu'environ une personne sur dix est touchée par des symptômes graves et persistants. Selon les auteurs de ces travaux, la probabilité de subir un Covid long augmente de 3,5% au cours de chaque décennie. Un patient âgé de 60 ans présente donc un risque plus élevé de 3,5% de développer cette forme de la maladie par rapport à un patient âgé de 50 ans. Les scientifiques ont également mis en évidence d'autres facteurs de risque comme le surpoids ou l'obésité, le tabagisme, la précarité ou le fait d'avoir été admis à l'hôpital.

"Très inquiet" de ces données et désireux d'en apprendre plus sur la maladie afin de pouvoir mieux la traiter, le ministre de la Santé britannique, Matt Hancock, pousse la recherche pour "comprendre le Covid long". Le 18 juillet dernier, le gouvernement a annoncé qu'il allait financer à hauteur de 19,6 millions de livres sterling (23 millions d'euros) 15 études menées sur le Covid long. 30 millions de livres sterling (35 millions d'euros) avaient déjà été mis sur la table auparavant.

89 cliniques pour appréhender et traiter le Covid long

Au-delà de la recherche, la Grande-Bretagne a également souhaité agir rapidement sur le terrain, en montant dès octobre 2020, grâce à un budget de 156 millions d'euros, des cliniques spécialisées dans le Covid long. Elles sont désormais au nombre de 89. 15 d'entre elles sont même spécialisées en pédiatrie. Ces établissements sont accessibles à tout patient adressé par un professionnel de santé. Ils rassemblent des médecins, des infirmières, des physiothérapeutes et des ergothérapeutes qui, ensemble, fournissent des évaluations physiques et psychologiques des patients et les orientent vers les bons traitements et des rééducations adaptées. Ces remontées de terrain permettent d'autre part de faire avancer la recherche.

"Si je compare ce que nous pensions découvrir il y a un an et ce que nous avons en réalité découvert, c'est une vraie surprise", explique au Guardian Melissa Heightman, directrice d'une clinique Covid long dans le nord de Londres et consultante en médecine respiratoire. "Typiquement, les patients qui rentrent chez eux avec un bon accompagnement après avoir été hospitalisés vont de mieux en mieux avec le temps, alors qu'un patient long Covid qui n'a jamais été hospitalisé rencontre en réalité plus de difficultés", décrit le médecin, insistant sur l'importance d'un dépistage plus précoce des Covid longs afin de déployer rapidement les traitements adéquats. "Nous avons appris, avec le temps, à savoir quels tests réaliser, quelle est la meilleure approche avec les thérapeutes, avec les médicaments... (...) Je pense que cela fait vraiment une différence sur le long terme."

Le Covid long, une "urgence nationale" en France

Afin de structurer et renforcer sa lutte contre le Covid long, le Royaume-Uni a mis en place, en juin, un plan national de 117 millions d'euros afin de financer le fonctionnement de ces cliniques et d'améliorer l'accès des Britanniques à l'information sur le sujet du Covid long. "En France, c'est une urgence nationale", estime sur LCI Gilbert Deray. "Nous avons besoin d'un plan sanitaire national, de moyens alloués contre les Covid long et d'endroits spécialisés", insiste le chef du service néphrologie de la Pitié-Salpêtrière, insistant sur les symptômes "très invalidants" du Covid long. "C'est de la fatigue, des pertes de mémoire, on parle d'une baisse du quotient intellectuel, des douleurs partout..." Selon une étude publiée en mai par l'Inserm 60% des patients Français hospitalisés ont encore des symptômes 6 mois après.

Lire aussi

Si les symptômes du Covid-19 apparaissent ou persistent après quatre semaines, adressez-vous à votre médecin. D'autre part, l'association Covid Long France, gérée par un collectif de malades Covid longs, peut vous apporter un soutien.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

La crise des sous-marins fait peser un poids sur l'avenir de l'Otan, prévient Jean-Yves Le Drian

Hautes-Pyrénées : un mort et deux blessés graves lors d'une rixe entre bikers à Tarbes

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de nouveaux cas en baisse de 22% sur une semaine

EN DIRECT - Afghanistan : l'Iran met en garde contre une menace terroriste à ses frontières

"The Voice All Stars" – "Je suis méconnaissable" : découvrez l'étonnante transformation de Léo

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.