Covid-19 : les arrêts maladie de longue durée s’envolent dans le secteur privé

Covid-19 : les arrêts maladie de longue durée s’envolent dans le secteur privé

SANTÉ - Le nombre des arrêts maladie de longue durée (plus de 30 jours) a fortement augmenté dans le secteur privé de septembre 2019 à août 2020, progressant de 33% par rapport aux douze mois précédents, selon une enquête Ifop publiée lundi 16 novembre.

La période que traverse actuellement le monde ne sera pas sans conséquences, notamment pour les entreprises. Ainsi, le nombre des arrêts maladie de longue durée (plus de 30 jours) a fortement augmenté dans le secteur privé de septembre 2019 à août 2020, progressant de 33 % par rapport aux douze mois précédents, selon une enquête Ifop pour Malakoff Humanis* publiée lundi 16 novembre.

La "durée moyenne" de ces arrêts longs a atteint "94 jours", indique le groupe mutualiste de protection sociale, en précisant que son enquête n'inclut pas les arrêts de travail délivrés pendant le confinement (jusqu'à fin avril) pour garde d'enfants ou pour les personnes vulnérables face au Covid-19. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Lire aussi

Globalement, "en raison notamment du confinement et du chômage partiel" liés au coronavirus, le nombre de salariés du privé ayant eu au moins un arrêt de travail (toutes durées confondues) "a baissé" sur la période examinée, avec 36% des salariés concernés, contre 44% précédemment, d'après l'enquête.

Parmi ceux arrêtés plus d'un mois de septembre 2019 à août 2020, plus de quatre sur dix (44%) étaient âgés "de 50 ans et plus".

Sur cette période, 60% des entreprises du secteur privé ont enregistré "au moins un arrêt long", contre 56% lors de la période précédente. Ces arrêts longs ont entraîné des "difficultés de réorganisation" dans la moitié des entreprises (52%).

Le nombre de salariés arrêtés pour troubles psychologiques en forte hausse pendant le confinement

Au sein des pathologies ayant conduit à un arrêt de travail, toutes durées confondues, la "maladie ordinaire" est restée "le premier motif", soit 29% des arrêts, loin devant le Covid-19 (5%). Deuxième cause, les troubles musculosquelettiques (TMS) ont provoqué 17% des arrêts, devant les troubles psychologiques (15%). "D'après les salariés, 45% des arrêts de plus d'un mois seraient d'origine professionnelle", relève Malakoff Humanis.

Signe de "la moindre prise en charge" des maladies graves ou chroniques à cause de la crise sanitaire, le taux de salariés arrêtés pour ces raisons "est passé de 20% début 2020, à 15% pendant le confinement, puis à 11%" pendant le déconfinement, note le groupe. 

À l'inverse, le taux de salariés arrêtés pour troubles psychologiques "est passé de 9% début 2020 à 14% pendant le confinement, puis à 18%" lors du déconfinement.

Cette enquête a été réalisée du 24 août au 24 septembre, par téléphone auprès de 405 dirigeants ou DRH et en ligne auprès de 2.008 salariés (échantillon représentatif de la population active salariée française du secteur privé dans les entreprises d'au moins un salarié).

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Marghe remporte "The Voice 2021"

EN DIRECT - Proche-Orient : pas de déclaration commune pour le conseil de sécurité de l'ONU

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

EN DIRECT - Des restrictions aux frontières seront maintenues "au moins jusqu'à la fin de l'été", selon Clément Beaune

Marghe, gagnante de "The Voice 2021" : "Florent Pagny m’a dit que j’avais un ange gardien"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.