Covid-19 : des évacuations sanitaires en Île-de-France prévues dans les prochains jours

Covid-19 : des évacuations sanitaires en Île-de-France prévues dans les prochains jours

CRISE SANITAIRE - Alors que les hôpitaux sont débordés, le porte-parole du gouvernement a annoncé ce mercredi que "des évacuations sanitaires" auront lieu dans la région parisienne où la situation est "préoccupante".

L'évolution de la pandémie en Île-de-France préoccupe les autorités. Ce mercredi, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a annoncé "un certain nombre d'évacuations sanitaires dans les jours qui viennent de patients hospitalisés, notamment en Île-de-France", où la "situation est préoccupante" concernant la propagation du virus sur le territoire. "C'est le cas déjà pour d'autres régions", a précisé à la sortie du Conseil des ministres Gabriel Attal en insistant sur la nécessaire mobilisation de "toutes les forces disponibles pour accueillir des malades", notamment dans le secteur.

Toute l'info sur

La France face à une 3ème vague d'ampleur

Actuellement, les hôpitaux de la région parisienne sont engorgés par les admissions de patients. Les lits de réanimation sont occupés à 90% par des malades du Covid-19. Si les autorités écartent pour l’instant la piste d’un confinement régional, la situation est à nouveau critique en région parisienne, où hôpitaux et cliniques ont reçu l'ordre de déprogrammer des soins face à l'afflux de patients atteints du coronavirus. 

Quelle est la situation dans le département francilien ? Ces derniers jours, le nombre de malades du Covid-19 a augmenté. Ce mardi, on comptait 1.018 malades pris en charge dans les différents services de réanimation de la région pour "moins de 1050 lits" disponibles au départ. "On est dans une situation de tension très forte", indiquait lundi le directeur général de l'Agence régionale de Santé (ARS), Aurélien Rousseau. 

Une situation de tension très forte- Aurélien Rousseau, directeur général de l'Agence régional de santé

Par ailleurs, la région Ile-de-France affiche un taux d'incidence inquiétant. Il se situe à 351, soit au-dessus du seuil d'alerte maximal fixé à 250 par le gouvernement et de la moyenne nationale (217). Contrairement aux départements d'Alpes-Maritimes et du Pas-de-Calais - où la tendance est désormais à la baisse -  les courbes liées au taux d'incidence en Ile-de-France connaissent une forte hausse. Un autre indicateur est au rouge, il s'agit du taux de circulation des variants. Sur les 45% des tests réalisés en Île-de-France et passés au criblage, soit 21.051 tests, la proportion de variant anglais excède 60% dans tous les départements. "La situation est très préoccupante avec un variant anglais du coronavirus, plus contagieux (...) qui a pris le dessus et se propage beaucoup plus rapidement", a indiqué la maire de Paris Anne Hidalgo ce lundi sur France Inter. 

Lire aussi

Qui sont les départements les plus touchés ? La Seine-Saint-Denis arrive en tête avec un taux d'incidence de 434. Derrière elle, les trois départements, le Val-de-Marne, le Val-d'Oise et la Seine-et-Marne sont eux aussi au-dessus de la moyenne régionale. À noter qu'en Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne, le taux d'incidence a respectivement bondi de 80 et 60% entre le 15 février et le 5 mars, selon les données publiées par Santé Publique France. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

EN DIRECT - "Nous avons encore devant nous des jours difficiles à l'hôpital", prévient Attal

Lire et commenter