"Il n'y a pas de raison de ne pas utiliser" le vaccin AstraZeneca, selon l'OMS

Plusieurs pays ont choisi de suspendre l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca, après des "cas graves de formation de caillots sanguins" chez certains patients.

POLÉMIQUE - Alors que le mouvement de désaffection à l'égard d'AstraZeneca se poursuit dans plusieurs pays européens, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) est monté au créneau pour le défendre.

L'Organisation Mondiale de la Santé a déclaré ce vendredi qu'il n'y avait "pas de raison de ne pas utiliser" le vaccin d'AstraZeneca contre le Covid-19. "Oui nous devrions continuer à utiliser le vaccin d'AstraZeneca", a affirmé Margaret Harris, une porte-parole de l'OMS au cours d'un point de presse de l'ONU à Genève. "Il n'y a pas de raison de ne pas l'utiliser", a-t-elle ajouté. Ce vaccin est le seul homologué par l'organisation avec celui de Pfizer-BioNTech.

Cette réaction fait suite à la suspension du vaccin britannico-suédois dans plusieurs pays européens en raison de la formation de caillots sanguins et de l'apparition d'allergies chez certains patients. En effet, le Danemark, l'Islande et la Norvège ont annoncé hier la suspension des injections du vaccin d'AstraZeneca en invoquant le principe de "précaution". La Bulgarie leur a emboîté le pas ce vendredi et la Thaïlande a retardé sa campagne de vaccination. 

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Aucune mort liée au vaccin AstraZeneca

Les experts de l'OMS vont se pencher sur les informations évoquant des formations de caillots sanguins, rapporte Margaret Harris. La porte-parole de l'OMS note toutefois qu'aucun lien de cause à effet n'avait été trouvé. "Toute alerte de sécurité doit faire l'objet d'une enquête", souligne-t-elle. "Nous devons toujours nous assurer que nous étudions toutes les alertes de sécurité quand nous distribuons des vaccins et nous devons les passer en revue, mais il n'y a aucune indication de ne pas l'utiliser."

Elle a aussi rappelé qu’à la date du 9 mars, plus de 268 millions de doses de vaccins contre le Covid-19 avaient été administrées à travers le monde depuis le début de la pandémie, sur la base de chiffres obtenus par l'OMS auprès des autorités de chaque pays. "Aucune mort n'a été liée à l'administration de vaccins contre le Covid-19 jusqu'à cette date", précise la porte-parole.

Lire aussi

Ces doutes pourraient avoir des conséquences importantes sur les campagnes de vaccination - assurées par le système Covax, mis en place par l'Alliance pour les vaccins (Gavi), l'OMS et le CEPI - des nations pauvres privées de vaccins jusqu'à fin février. Ces pays n'ont pas forcément d'autre alternative que d'utiliser le vaccin d'AstraZeneca. Il représente l'essentiel des 347 millions de doses qui doivent être distribuées au premier semestre de cette année par le biais de ce dispositif humanitaire.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Covid-19 : la France va durcir ses restrictions pour les voyages dans les pays les plus touchés

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

Lire et commenter