L'UE appelle les 27 à "parler d'une seule voix" concernant le vaccin AstraZeneca pour ne pas nourrir la défiance

L'UE appelle les 27 à "parler d'une seule voix" concernant le vaccin AstraZeneca pour ne pas nourrir la défiance

ACCORD - Dans un tweet publié ce mercredi, la commissaire européenne à la Santé Stella Kyriakides a demandé à ce que les Vingt-Sept se coordonnent et parlent "d'une seule voix à travers l'UE" sur le vaccin AstraZeneca. Les risques de thromboses, mis en lumière récemment, ont conduit les États à adopter chacun, de leur côté, une politique différente quant à ce vaccin.

Les Vingt-Sept doivent se coordonner et "parler d'une seule voix à travers l'UE" sur le vaccin AstraZeneca afin de ne pas nourrir la défiance, a déclaré mercredi la commissaire européenne à la Santé Stella Kyriakides après que plusieurs pays ont restreint son usage.

"Il est essentiel que nous suivions une approche coordonnée (...) Nous devons parler d'une seule voix à travers l'UE afin d'améliorer la confiance du public" au sujet de la vaccination, a-t-elle dit dans un tweet. Stella Kyriakides s'exprimait après un avis de l'Agence européenne des médicaments (EMA) confirmant le lien entre le vaccin AstraZeneca et de rares cas de caillots sanguins.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

La directrice exécutive de l'Agence européenne des médicaments a en effet assuré mercredi que les cas de caillots sanguins après la vaccination avec AstraZeneca devaient être "répertoriés comme effets secondaires possibles". Si l'EMA n'a pour l'instant pas pu identifier de facteurs de risque ou de profil type des personnes à risque, elle a "constaté que les risques semblent surtout présents chez les personnes jeunes, moins de 60 ans, et ce sont les femmes qui sont concernées majoritairement", a précisé Sabine Straus, président du Comité d'évaluation des risques de l'EMA.

Des règles différentes partout en Europe

Cet avis a notamment poussé ce mercredi l'Italie à réserver le vaccin AstraZeneca aux plus de 60 ans et la Belgique aux plus de 55 ans. "Sur la base d'avis scientifiques récents, les ministres belges de la Santé ont décidé de remplacer (le vaccin) AstraZeneca par d'autres vaccins pour les personnes âgées de 18 à 55 ans ; pour les personnes de 56 ans et plus, tous les vaccins continueront d’être administrés", indique un communiqué des autorités sanitaires belges. 

Quelques heures plus tôt, les autorités scientifiques britanniques avaient annoncé déconseiller l'utilisation du vaccin AstraZeneca chez les moins de 30 ans à la suite du signalement par le régulateur britannique des médicaments, de 19 décès de personnes ayant reçu ce vaccin sur un total de 79 cas de caillots sanguins identifiés.

Lire aussi

En Europe, plusieurs pays ont déjà mis en place des restrictions liées à l'usage de ce vaccin. Samedi, les Pays-Bas ont suspendu le vaccin AstraZeneca pour les moins de 60 ans. En Allemagne, seuls les 60 ans et plus peuvent bénéficier du vaccin depuis le 31 mars, sauf en cas de risque de forme grave de la maladie ou si l'on appartient à l’un des groupes prioritaires comme les soignants. Depuis la reprise de la vaccination avec AstraZeneca en France, le 19 mars, seules les personnes âgées de 55 ans ou plus peuvent le recevoir. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : forte hausse du nombre d'hospitalisations, près de 6000 malades en réanimation

Emmanuel Macron annonce un assouplissement des restrictions de voyage début mai

Logement : vous pouvez faire résilier le bail de votre voisin en cas de fortes nuisances

"Rien ne fonctionne" : Gérard Lanvin s'emporte dans Sept à Huit contre une époque "affligeante"

Covid-19 : l'application TousAntiCovid va bientôt certifier les tests et la vaccination

Lire et commenter