Pass sanitaire : "On n'a pas assez de recul pour pouvoir s'en priver", plaide Olivier Véran au Sénat

Pas besoin de pass sanitaire pour les meetings : la réaction du Pr Annane

PLAIDOYER - Auditionné ce mardi au Sénat sur le projet de loi "vigilance sanitaire", Olivier Véran a défendu le prolongement du pass sanitaire jusqu'en juillet 2022. Selon le ministre de la Santé, cet outil permet encore largement de réduire la circulation virale dans le pays.

Adopté en première lecture la semaine dernière à l'Assemblée nationale à l'issue de débats agités, le projet de loi  "vigilance sanitaire" passe cette semaine entre les mains du Sénat. À cette occasion, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a été auditionné par les sénateurs, appartenant en majorité à l'opposition de droite, sur les motivations du gouvernement. Présenté par l'exécutif comme une "boîte à outils", le texte propose notamment de prolonger le recours au pass sanitaire jusqu'en juillet 2022.

Toute l'info sur

Le pass sanitaire, nouvel outil du quotidien

"Nous estimons que le pass sanitaire et les mesures de jauges et de gestion qui sont encore en vigueur nous permettent de réduire de 30% la circulation du virus. Sans ça nous serons bien au-delà de 5000 cas par jour", a affirmé Olivier Véran en invitant les sénateurs à regarder "ce qui se passe en Angleterre" où l'essentiel des restrictions a été levé en juillet, dont l'obligation du port du masque en intérieur. Depuis plusieurs jours, le pays enregistre des taux de contaminations parmi les plus élevés au monde. 

En opposition à ce cas de figure, le ministre de la Santé argumente : "Imaginez que vous ayez des voitures automatiques décrites comme parfaitement sûres. Est-ce que pour autant, dès les premiers mois, vous allez retirer la ceinture ?". "Aujourd'hui, tout nous laisse à penser que nous avons désormais la maitrise de l'épidémie grâce aux outils dont nous disposons. Et ces outils-là, nous savons que nous en aurons besoin dans les mois à venir et pas dans les semaines à venir. C'est l'objet de ce projet de loi", insiste-t-il.

Une situation encore trop incertaine pour se passer du pass, selon Olivier Véran

Olivier Véran dit notamment craindre l'arrivée d'un nouveau variant, citant notamment le sous-variant Y-4.2, "apparu une nouvelle fois en Angleterre et issu du variant Delta" et qui représente déjà 6% des cas diagnostiqués Outre-manche. "S’il circule en Angleterre, c’est qu’il circule déjà ailleurs en Europe. On a toutes les raisons de rester extrêmement vigilants". Le ministre invite également les sénateurs à prendre en considération ce qui se passe en Europe où le nombre de cas a bondi de 60% depuis septembre.

"On n'a pas suffisamment de recul pour pouvoir se priver d'un outil qui est très bien accepté. Mais ça ne veut pas dire que nous allons vivre avec pendant des années", affirme Olivier Véran au sujet du pass sanitaire.

Lire aussi

De nouveaux traitements à venir

Par ailleurs, il assure que le gouvernement progresse sur d'autres sujets, qui devraient pouvoir palier la disparition du pass sanitaire à terme. "La France s'est positionnée très tôt sur le traitement anticovid, le molnupiravir, et en a commandé 50.000 doses pour la fin du mois de novembre", annonce-t-il en rappelant que lorsqu'il est pris de façon précoce, cet antiviral peut réduire de 50% le risque de forme grave. "Nous aurons également dans les semaines et les mois à venir de nouveaux traitements par anticorps monoclonaux", ajoute-t-il.

Le ministre de la Santé a également salué le taux de couverture vaccinale des soignants "extrêmement élevé". "Les deux tiers des soignants qui ont été suspendus sont revenus au travail, une fois vaccinés", assure-t-il devant les sénateurs.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Variant Omicron : 13 cas détectés parmi les passagers qui ont atterri aux Pays-Bas

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

EN DIRECT - Crise des migrants : les ministres européens réunis ce dimanche sans leur homologue britannique

Affaire Hulot : Matthieu Orphelin, porte-parole de Yannick Jadot, "mis en retrait" de la campagne d'EELV

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.