Covid-19 : Véran confirme "des mesures supplémentaires" si le virus continue sa progression

Olivier Véran, le 9 janvier 2021.

DÉCISION - Tandis que les chiffres des contaminations sont toujours au plus haut, la question du reconfinement ne se pose déjà plus pour certains. Questionné par les lecteurs du Parisien vendredi, Olivier Véran a fait savoir que celui-ci était bel et bien probable, mais qu'il attendait d'être "fixé sur les effets du couvre-feu".

Vendredi, Olivier Véran avait rendez-vous avec les lecteurs du Parisien. De tous âges et de tous horizons, ceux-ci l'ont questionné sur de nombreux sujets en rapport avec le Covid-19 et la gestion de crise à la française. Dans toutes les têtes et sur toutes les lèvres en ce moment, la question du reconfinement n'est pas passée à la trappe. Le ministre de la Santé a répondu sans langue de bois, mais sans non plus donner les chiffres précis qui pourrait conduire le gouvernement à choisir cette option pour la troisième fois.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie

"J'attends d'abord d'être fixé sur les effets du couvre-feu. On le sera la semaine prochaine", a-t-il déclaré. "Si ça ne baisse pas, si les variants commencent à se diffuser partout, alors on prendra des mesures supplémentaires, évidemment. Et cela s'appelle le confinement", ajoute le ministre, estimant que celui instauré en octobre "a été efficace". Jusqu'à présent, et selon le dernier bulletin épidémiologique de Santé Publique France, le variant anglais est en pleine expansion sur le territoire français. Il a déjà été détecté dans toutes les régions, sauf en Bourgogne-Franche-Comté.

Questionné sur les actions du gouvernement pour empêcher la propagation du variant britannique, Olivier Véran assure que la France a donné les bonnes réponses, "sans attendre" : "Fermeture de frontières, tests PCR avant le départ, mesures d'isolement renforcé, passage au domicile d'une infirmière pour vérifier que tout se passe bien, mobilisation de toutes nos plates-formes scientifiques".

Lire aussi

Vers une meilleure organisation de la campagne de vaccination ?

Un médecin, parmi les lecteurs du Parisien, a par ailleurs fait part de son agacement quant à la cacophonie ambiante concernant les stocks de vaccins. "On nous a demandé, à nous médecins, d'ouvrir des centres de vaccination. Dans le mien, on nous a dit qu'on aurait 200 doses par jour, puis 110, puis 90. C'est ingérable", a-t-il fait savoir au ministre de la Santé. Lequel lui a assuré que cela ne se reproduirait plus puisque "les 100 hôpitaux (un par département) qui répartissent les doses, connaissent désormais leur nombre précis pour les quatre semaines à venir". "Mieux, dès ce début de semaine, les Français sauront via le site Data.gouv.fr, de combien de vaccins disposent chaque centre et le nombre de rendez-vous déjà pris. Cela va faciliter grandement les choses", ajoute-t-il.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Face au risque d'un confinement national, "il y a encore de l'espoir", estime Jérôme Salomon

EN DIRECT - Covid-19 : 23.996 cas ces dernières 24 heures, en hausse de 7% sur une semaine

Covid-19 : Jean Castex appelle à renforcer les contrôles dans les 20 départements sous surveillance

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

"C’est les mêmes gars" : avec Tom Ross, Florent Pagny a trouvé son double dans "The Voice"

Lire et commenter