Covid-19 : qu'est-ce que la médecine de catastrophe, à laquelle sont confrontés les hôpitaux d'Île-de-France ?

Covid-19 : qu'est-ce que la médecine de catastrophe, à laquelle sont confrontés les hôpitaux d'Île-de-France ?

DÉCRYPTAGE - Dans une tribune publiée dans le Journal du dimanche, 41 médecins de l'AP-HP alertent sur une "situation de médecine de catastrophe" dans les hôpitaux, alors que le nombre de cas de Covid-19 ne cesse de grimper. En quoi cela consiste ?

Ils évoquent une "situation de médecine de catastrophe". Dans une tribune publiée dimanche par le JDD, 41 médecins, dont des réanimateurs et des urgentistes, alertent sur "une discordance flagrante entre les besoins et les ressources disponibles", et estiment qu'ils seront désormais contraints de "faire un tri des patients afin de sauver le plus de vies possible". Selon eux, cette situation n'est jamais arrivée, "même pendant les pires attentats subis ces dernières années".

Toute l'info sur

La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement

"La médecine de catastrophe, c'est devoir trier les patients en fonction de la gravité de leur état pour qu'ils accèdent à une chaîne de soins", explique à LCI le Pr Enrique Casalino, chef des urgences de l'hôpital Bichat (Paris). Et selon les signataires de la tribune publiée dans le Journal du dimanche, cette sélection a déjà débuté. "Le tri des patients a déjà commencé puisque des déprogrammations médicales et chirurgicales importantes nous ont été imposées", regrette le personnel médical.

Une telle situation a d'ailleurs de multiples conséquences. "La médecine de catastrophe, c'est un afflux de patients inopiné, donc cela implique évidemment de la déprogrammation, la nécessité de solliciter des renforts, ou encore de demander à ce que le personnel ne parte pas à la fin de sa journée de travail", détaille Enrique Casalino.

Une situation encore plus grave que la médecine de catastrophe ?

Mais pour ce chef des urgences, la situation actuelle dans les hôpitaux de la région parisienne dépasse même la situation de médecine de catastrophe. "C'est pire", s'alarme le Pr Casalino, alors que le tri des patients risque désormais d'être réalisé avant les soins les plus cruciaux. "S'il n'y a pas de lits de réanimation, nous n'allons plus trier entre ceux qui iront en réanimation tout de suite et ceux qui iront plus tard, mais entre ceux qui iront et ceux qui n'iront tout simplement pas, alors que tous auraient besoin d'y aller", avertit-il. "Ce n'est pas la médecine de catastrophe, pas même la médecine de guerre, c'est encore pire. Ce n'est pas acceptable."

Lire aussi

En cause, la hausse continue des patients dans les hôpitaux, alors que le nombre de personnes admises en réanimation dans le pays a désormais dépassé le pic de la deuxième vague, en novembre dernier. "La demande dépasse largement l'offre de soins, et c'est vrai aussi pour les patients non-Covid", poursuit Enrique Casalino. "Entre un accidenté de la route et un patient qui fait un infarctus, nous devrons désigner celui qui a le plus de chances de s'en sortir. Moralement et éthiquement, c'est une catastrophe, une rupture de valeurs."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : l'ex-Miss France Vaimalama Chaves éliminée, Bilal Hassani au sommet

EuroMillions : un Français remporte la cagnotte de 220 millions d'euros, un record en Europe

Covid-19 : quand thés dansants et parties de belote virent aux clusters en Loire-Atlantique

Femme décapitée à Agde : ex-boxeur et ancien candidat FN, le profil du suspect se dessine

Mort d'un étudiant nantais vacciné : l'autopsie renforce l'hypothèse d'un lien avec AstraZeneca

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.