Covid-19 : un traitement par suppositoires testé par l'Institut Pasteur de Lille

Covid-19 : un traitement par suppositoires testé par l'Institut Pasteur de Lille

ESSAI CLINIQUE - Après avoir obtenu le feu vert de l'Agence nationale de sécurité du médicament, l'Institut Pasteur de Lille va pouvoir tester sur des patients un traitement par suppositoires contre le Covid-19.

Après de nombreux mois d'attente, les chercheurs de l’Institut Pasteur de Lille, engagés dans la lutte contre le Covid-19, vont lancer la phase de test sur des patients d'un traitement par suppositoires. Il leur fallait pour cela le feu vert de l’Agence nationale de sécurité du médicament, et c'est chose faite. L'ANSM vient en effet de délivrer les autorisations nécessaires. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Cet essai clinique va être mené dans un premier temps sur "quelques centaines de patients", âgés de plus de 50 ans, non-vaccinés et présentant au moins un symptôme du Covid-19, a expliqué à l'AFP le Professeur Xavier Nassif, directeur général de l'Institut, confirmant une information du journal La Voix du Nord.

"Placebo contre médicament"

Pour cet "essai randomisé en double aveugle, placebo contre médicament", les patients, recrutés à partir de cette semaine par le biais de médecins généralistes et de laboratoires, d'abord exclusivement dans les Hauts-de-France, prendront un suppositoire matin et soir pendant cinq jours. Si les résultats démontrent un niveau de 50% de réduction du risque d'aggravation avec le traitement, une autorisation de mise sur le marché sera demandée.

"L'idéal aurait été de faire cet essai pendant une 'vague', avant que les gens soient vaccinés", a souligné le professeur Nassif, alors que l'Institut attendait depuis le mois de janvier l'autorisation de l'Agence nationale de sécurité du médicament pour le lancer. 

Lire aussi

En octobre, l'Institut avait annoncé avoir reçu un don de cinq millions d'euros du géant du luxe LVMH pour financer l'essai clinique d'une molécule qui, testée in vitro, s'avérait "particulièrement efficace face au virus SARS-Cov-2". Cette molécule, appartenant à la catégorie des antiviraux et utilisée dans un médicament qui n'est actuellement disponible "que dans certains pays d'Europe", avait été identifiée par une start-up spécialisée dans le repositionnement de médicaments, hébergée par l'Institut Pasteur. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Soldat tué au Mali : le caporal-chef Maxime Blasco, un militaire de 34 ans au parcours "admirable"

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la carte des départements concernés

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : la chanteuse Lola Dubini est éliminée dès son premier prime

Éruption du volcan aux Canaries : comment expliquer l'arrivée en France du nuage de dioxyde de soufre

EN DIRECT - Covid-19 : l'Inde va exporter 8 millions de vaccins en octobre

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.