Espacement des doses de Pfizer et Moderna : les vaccins conservent-ils la même efficacité ?

Espacement des doses de Pfizer et Moderna : une mesure efficace ?

VACCINATION - À compter du 14 avril, la seconde injection des vaccins Pfizer et Moderna se déroulera 42 jours après la première, et non plus 28 comme jusqu'à présent. Un délai allongé recommandé dès janvier par les autorités sanitaires. Mais est-ce aussi efficace ?

Une nouvelle mesure pour accélérer la campagne de vaccination. Après avoir ouvert la vaccination avec AstraZeneca (puis Johnson & Johnson) aux plus de 55 ans à partir de ce lundi, puis aux plus de 60 ans à compter du 16 avril (pour tous les vaccins), le gouvernement mise désormais sur l'espacement des doses pour vacciner le plus grand nombre de Français. "À compter du 14 avril, pour toutes les premières injections, nous proposerons un rappel à 42 jours au lieu de 28 actuellement" pour les vaccins Pfizer et Moderna, a indiqué le ministre de la Santé, Olivier Véran, dans les colonnes du Journal du dimanche.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Les dernières infos sur la vaccination et le déconfinement

Un allongement du délai recommandé dès fin janvier par la Haute autorité de Santé, mais que l'exécutif avait alors préféré mettre de côté. "Je maintiens le délai d'injection entre deux doses à trois ou quatre semaines", indiquait le 26 janvier Olivier Véran. "Nous sommes face à une part d'inconnu, je fais le choix de la sécurité des données validées et dont nous maîtrisons la pleine compréhension."

"L'expérience anglaise a montré qu'espacer les doses ne diminuait pas l'efficacité du vaccin"

Près de trois mois plus tard, la stratégie a évolué. Les données aussi. "Les délais initialement proposés respectaient le protocole de phase 3 qui avait permis la validation de ces vaccins", indique à LCI le Pr Frédéric Adnet, chef des urgences à l'hôpital Avicenne (Bobigny). "Mais ce ne sont que des délais moyens, qui pouvaient être supérieurs ou inférieurs selon les patients."

Depuis, de nombreux pays ont reporté la deuxième dose. "L'expérience anglaise a montré qu'espacer un peu plus les vaccins ne diminuait pas leur efficacité", poursuit Frédéric Adnet, alors que le Royaume-Uni, qui se déconfine peu à peu, a repoussé la deuxième injection pour vacciner un maximum de Britanniques. "Certaines études ont même montré que l'effet booster de la deuxième dose était d'autant plus important que la seconde injection était retardée."

Lire aussi

Cette stratégie n'a, malgré tout, pas que des avantages. "Après une dose, l'efficacité est moindre", rappelle le chef des urgences de l'hôpital Avicenne. "Le patient n'est réellement protégé que deux semaines après la deuxième injection." En allongeant le délai avant la deuxième dose, les primo-vaccinés sont donc "exposés plus longtemps à une possibilité d'infection", tempère le Pr Adnet.

Avec une contrepartie : "au niveau de la société, cela permet de vacciner plus de patients avec une première dose". Le ministre de la Santé estime en effet dans les colonnes du JDD que cet espacement permettra de "gagner 1,8 million d'injections sur la seconde quinzaine de mai".

Pas de délai allongé pour les personnes fragiles

Toutefois, le doute persiste. "Les données de Public Health England indiquent que la protection conférée par l'administration d'une dose à des sujets de plus de 80 ans assure une protection de 57%" contre les formes symptomatiques, contre 85% après la deuxième, indique à LCI Morgane Bomsel, chercheuse du CNRS spécialiste des vaccins. Or, à ce jour, seule une personne de plus de 75 ans sur trois a reçu ses deux doses en France, selon les données de CovidTracker. "Ce sont des personnes qu'il faut vacciner pour les protéger, nous n'en sommes pas encore à vacciner pour vraiment réduire le taux de propagation" grâce à une vaccination de masse, estime-t-elle.

Face à ces craintes, le gouvernement assure que l'espacement des deux doses, qui entrera en vigueur à compter de mercredi, ne concernera pas les patients vulnérables. "Pour les personnes fragiles, le délai pourra rester de 28 jours sur avis médical", a assuré le ministre de la Santé au JDD.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Marghe remporte "The Voice 2021"

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

EN DIRECT - Proche-Orient : une frappe israélienne touche le domicile du chef du Hamas à Gaza

Covid-19 : ces pays européens qui ont déjà assoupli les règles aux frontières pour les touristes

Bigard, Lalanne et Chalençon, têtes de file d'une manifestation anti-masques à Lyon

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.