Covid-19 : la vaccination et le pass sanitaire efficaces pour contenir l'épidémie, selon l'Institut Pasteur

Covid-19 : la vaccination et le pass sanitaire efficaces pour contenir l'épidémie, selon l'Institut Pasteur

CRISE SANITAIRE - Selon des travaux menés par l'Institut Pasteur, le pass sanitaire et la vaccination demeurent des outils efficaces pour contenir la quatrième vague. Les chercheurs notent notamment que "les personnes non-vaccinées contribuent de façon disproportionnée à la transmission".

Contesté par une partie de la population, le pass sanitaire a pourtant montré son efficacité. C'est en tout cas ce que démontre la mise à jour des modélisations de l'Institut Pasteur, publiée lundi 6 septembre. Selon les chercheurs, "alors que les confinements en 2020 ont réduit les taux de transmission de 70-80%, des réductions de 20-30% pourraient maintenant suffire pour réduire fortement l'impact sur le système de santé".

Toute l'info sur

Le pass sanitaire, nouvel outil du quotidien

Ces réductions pourraient être atteintes sans confinement ni couvre-feu, mais "en appliquant les gestes barrières, le port du masque, un certain degré de distanciation physique, le tester-tracer-isoler et le pass sanitaire", écrivent les scientifiques. Alors que le précieux sésame nécessaire pour se rendre dans de nombreux lieux pourrait perdurer après le 15 novembre, les chercheurs préviennent d'ores et déjà que "l'arrêt de toutes mesures de contrôle pourrait conduire à un stress important sur le système de santé" et appellent à maintenir "les efforts actuels pour limiter la transmission".

"Les plus de 60 ans non-vaccinées représentent 3% de la population, mais 43% des hospitalisations"

À ce jour, selon le ministère de la Santé, près de 49,2 millions de Français sont au moins en partie vaccinés, soit 73% de la population totale. Un niveau "supérieur" aux hypothèses réalisées par l'Institut Pasteur en juin, mais les chercheurs mettent en garde face au risque de propagation du virus par les Français encore non-vaccinés. "Ils contribuent de façon importante à la pression sur l'hôpital", avertissent les auteurs de l'étude. "Dans notre scénario de référence, les personnes non-vaccinées de plus de 60 ans représentent 3% de la population, mais 43% des hospitalisations."

Lire aussi

Les scientifiques rappellent ainsi qu'il s'avère "essentiel que la couverture vaccinale chez les plus fragiles soit aussi haute que possible". "Les personnes non-vaccinées contribuent de façon disproportionnée à la transmission", poursuivent les chercheurs, qui vantent encore les bienfaits du pass sanitaire : "des mesures de contrôle ciblant cette population pourraient maximiser le contrôle de l'épidémie tout en minimisant l'impact sociétal par rapport à des mesures non ciblées."

Toutefois, vaccination ne doit pas être synonyme de relâchement. "Avec le variant Delta, les personnes vaccinées sont moins bien protégées contre l'infection, même si la protection reste très élevée contre les formes graves", rappelle l'Institut Pasteur. "Nous nous attendons à ce qu'à peu près la moitié des infections aient lieu chez des personnes vaccinées (alors que ce groupe représente plus de 70% de la population). Il est donc important que les personnes vaccinées continuent de respecter les gestes barrières et de porter un masque pour se protéger de l'infection et éviter de contaminer leurs proches."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Crise des sous-marins : Paris annule une réunion entre les ministres de la Défense français et anglais

Afghanistan : le groupe État islamique revendique deux attaques à la bombe contre les talibans

Emmanuel Macron a-t-il "dépensé entre 5 et 7 milliards d'euros en quinze jours" ?

Avant les sous-marins australiens, le cas des F-35 américains préférés aux Rafale par la Suisse

"Cet épisode va laisser des traces" : après la crise des sous-marins, la France peut-elle quitter l'Otan ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.