Cas de thrombose, balance bénéfice-risque... Ce qu'il faut retenir des annonces de l'EMA sur le vaccin AstraZeneca

Selon l'Agence européenne des médicaments, les bénéfices du vaccin AstraZeneca l'emportent largement sur les risques. Mais qu'est-ce que cela change concrètement dans notre pays ?

MISE AU POINT - La directrice exécutive de l'Agence européenne des médicaments a assuré ce mardi que les cas de caillots sanguins après la vaccination avec AstraZeneca devaient être "répertoriés comme effets secondaires possibles", mais que "les bénéfices de ce vaccin dépassent largement les risques".

Une mise au point pour le vaccin AstraZeneca. Alors que des cas de thrombose ont été observés dans plusieurs pays européens quelques jours après l'injection du produit suédo-britannique, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a tenu ce mercredi une conférence de presse depuis son siège d'Amsterdam (Pays-Bas). Sa directrice exécutive, Emer Cooke, a réaffirmé que "les bénéfices du vaccin AstraZeneca dépassent largement les risques d'effets secondaires".

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

"Ce vaccin est très efficace, permet de sauver des vies et de limiter les hospitalisations", a confirmé Emer Cooke . "Nous avons besoin d'utiliser les vaccins que nous avons pour nous prémunir des effets dévastateurs du Covid-19." Toutefois, les cas de caillots sanguins sont pris très au sérieux par le régulateur européen. "Une analyse approfondie a montré que les cas de thrombose sont des effets secondaires possibles, ils doivent donc être répertoriés comme tels."

Des facteurs de risque encore flous

Malgré l'investigation des décès provoqués par ces caillots sanguins, l'EMA a bien du mal à déterminer le profil type des personnes à risque face à ce vaccin. "Les facteurs de risque tels que l'âge, le genre ou les antécédents médicaux n'ont pas pu être établis comme causes possibles de ces manifestations de thromboses", a indiqué Emer Cooke. "C'est peut-être la réponse immunitaire au vaccin qui entraînerait cette situation."

Lire aussi

"À ce stade, nous avons constaté que les risques semblent surtout présents chez les personnes jeunes, moins de 60 ans, et ce sont les femmes qui sont concernées majoritairement", a toutefois précisé Sabine Straus, président du Comité d'évaluation des risques de l'EMA. "Peut-être est-ce lié à la manière dont le vaccin est utilisé dans l'Union européenne, 60% des personnes vaccinées au sein de l'UE étant des femmes."

Sabine Straus évalue le risque de coagulation à 1 sur 100.000 après une injection d'AstraZeneca. "À titre de comparaison, si on traite 10.000 femmes par contraceptif oral, il y aura 4 cas de coagulation", a de son côté affirmé Peter Arlett, chef de pharmacovigilance à l'EMA. "Des événements très rares, non identifiés pendant les phases d'essais, peuvent forcément survenir" au cours d'une campagne de vaccination à grande échelle, a insisté Emer Cooke. "Ces effets secondaires restent très rares, le risque de mortalité provenant du Covid est nettement supérieur."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourquoi le Chili se reconfine-t-il alors qu'il est le 3e pays le plus vacciné au monde ?

EN DIRECT - Les premiers enseignants de plus de 50 ans "vaccinés dès la semaine prochaine"

Vacances confinées : ces Français qui trichent (sciemment ou sans le savoir)

Aurélien éliminé de "Koh-Lanta" : "Avec Thomas, on peut clairement parler de trahison"

Funérailles du prince Philip : avec ou sans Meghan et Harry ?

Lire et commenter