Covid-19 : de nouvelles études confirment l'efficacité du mélange de vaccins

La campagne de vaccination de la grippe saisonnière s'est ouverte vendredi. Les autorités espèrent en profiter pour inciter six millions de Français à recevoir aussi leur troisième dose de vaccin anti-Covid.

MÉLANGE - Si l'efficacité des cocktails vaccinaux n'étaient plus à démontrer, de nouvelles études montrent que la réponse immunitaire d'une vaccination réalisée avec deux vaccins différents pourrait être même plus importante qu'une vaccination avec deux doses de type ARN messager.

Une réponse immunitaire toujours plus importante ? C'est ce que pourrait avoir démontré de nouvelles études, publiées cette semaine, et qui montrent que les schémas vaccinaux réalisés avec deux types de vaccins différents pourraient finalement apporter une protection plus importante qu'un schéma vaccinal réalisé avec le même vaccin.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Si ces deux études ont été réalisées sur des populations différentes, à des moments différents, elles s'accordent ainsi toutes à dire que les cocktails vaccinaux seraient extrêmement protecteurs.

Une étude menée par les Hospices civiles de Lyon

Publiée dans Nature, la première étude a été notamment portée par les Hospices civiles de Lyon (HCL), le CHU de Saint-Etienne ou encore, le milieu universitaire lyonnais et stefanois. Les scientifiques français ont comparé les données de plus de 2500 personnels soignants qui ont reçu une combinaison Astra Zeneca/Pfizer avec celles de plus 10.000 autres soignants qui ont reçu deux doses Pfizer. 

Parmi ces personnes travaillant aux hôpitaux de Lyon, moins de 1 % des sujets a été contaminé par le SARS-CoV-2 après un schéma de vaccination complet. De plus, selon les HCL, "les chercheurs et chercheuses ont relevé une protection environ deux fois plus importante vis-à-vis de l’infection, dans le groupe ayant reçu la combinaison AstraZeneca/Pfizer". 

"Les anticorps générés après une vaccination hétérologue, sont plus efficaces pour neutraliser les différents variants du SARS-CoV-2, que ceux générés après une vaccination homologue", précise ainsi le professeur Stéphane Paul, du CHU de Saint-Etienne, et qui a également pris part à l'étude.

Lire aussi

La deuxième étude a été réalisée en Suède. La recherche a été menée sur les près de 100.000 personnes qui ont reçu une dose d'AstraZeneca suivie d'une dose d'un vaccin à base d'ARNm. L'équipe a constaté que les personnes ayant reçu le vaccin AstraZeneca suivi du Pfizer présentaient un risque d'infection 67 % inférieur à celui des personnes non vaccinées. 

Les personnes ayant reçu une combinaison du vaccin AstraZeneca et d'une dose Moderna présentaient un risque d'infection inférieur de 79 %. En comparaison, les personnes ayant reçu deux doses du vaccin AstraZeneca présentaient un risque d'infection inférieur de 50 %.

Si ces cocktails vaccinaux semblent donc montrer leur effectivité, des questions subsistent cependant, comme celle de savoir si les vaccins mixtes se maintiendront dans le temps ou à partir de quand ils doivent être renforcés par une dose de rappel. C'est pourquoi le Dr. Thierry Walzer, qui a participé à l'étude des Hospices de Lyon, appelle à continuer la recherche académique afin de pouvoir ensuite "orienter et adapter les politiques de santé publique"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

EN DIRECT - Covid-19 : au Royaume-Uni, deux cas du variant Omicron détectés

En évoquant "l'autonomie" de la Guadeloupe, Sébastien Lecornu fait des vagues

Pass sanitaire : la validité des tests PCR réduite à 24 heures

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.