Covid-19 : l'Agence européenne des médicaments approuve le vaccin Pfizer/BioNTech pour les 12-15 ans

Aujourd'hui, près de 25 millions de Français ont reçu au moins une première dose sur 66 millions d'habitants. Alors, à quand les injections chez les collégiens ? Devra-t-on attendra la rentrée prochaine ? Quelles sont les différentes pistes à l'étude ?

ACCÉLÉRATION - Le vaccin des deux laboratoires devient le premier à être autorisé pour les adolescents au sein de l'Union européenne. Les États-Unis l'avaient autorisé pour cette classe d'âge dès le 10 mai.

Pfizer/BioNTech et l'Union européenne viennent de franchir une nouvelle étape. Vendredi 28 mai, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a approuvé l'utilisation du vaccin anti-Covid des deux laboratoires partenaires - l'un américain, l'autre allemand - pour les 12-15 ans. Le sérum devient ainsi le premier à être autorisé pour les adolescents au sein des 27 pays de l'Union européenne. Jusqu'à présent, l'autorisation de ce vaccin était limitée aux personnes de plus de 16 ans. 

Le vaccin est "bien toléré" par les jeunes et il n'y a "pas d'inquiétudes majeures" concernant d'éventuels effets secondaires, a déclaré, lors d'une conférence de presse, Marco Cavaleri, responsable de la stratégie vaccinale de l'EMA.  

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Pfizer et BioNTech avaient déposé une demande, fin avril, pour l'autorisation de son vaccin aux 12-15 ans. Une demande basée sur les données d'une étude clinique de Phase 3, publiées fin mars, montrant "une efficacité de 100%" du vaccin dans cette tranche d'âge, lequel a également été "bien toléré en général".

Jeudi, la chancelière Angela Merkel a déclaré que les adolescents allemands pourront demander un rendez-vous pour se faire vacciner à compter du 7 juin, quand prendra fin le système donnant la priorité aux plus âgés, aux malades chroniques ou aux professions les plus exposées. Une annonce qui restait soumise à la décision du régulateur européen.

Une autorisation accordée le 10 mai aux États-Unis

Cette semaine, aux États-Unis, des signalements de myocardites - une inflammation du muscle cardiaque - ont été relevés chez des personnes ayant reçu un vaccin à ARN messager comme ceux développés par Pfizer/BioNTech ou Moderna, ont noté les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), la principale agence fédérale de santé publique américaine. Aucun lien avec la vaccination n'a, pour l'heure, été établi. Aux États-Unis, l'autorisation du vaccin Pfizer/BioNTech a été étendue aux adolescents âgés de 12 à 15 ans le 10 mai.

Fin avril, cinq cas de myocardites avaient été détectés en France chez des personnes ayant reçu le vaccin anti-Covid de Pfizer/BioNTech mais là encore, le lien avec les injections n'avait pas été démontré.

Lire aussi

La société de biotechnologie américaine Moderna a également annoncé cette semaine que son vaccin, utilisant la même technologie ARN que Pfizer/BioNTech, était "hautement efficace" chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans, selon les résultats complets d'essais cliniques. Le patron de Moderna, Stéphane Bancel, a annoncé au Journal du dimanche que sa société allait déposer "début juin" une demande d'autorisation de mise sur le marché dans l'Union européenne de son vaccin anti-Covid pour cette tranche d'âge.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : le nombre de patients hospitalisés repasse au-dessus de la barre des 7000

Renvoi du Premier ministre, accusation de "coup d'État", manifestations... Que se passe-t-il en Tunisie ?

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France 9e, le Japon en tête

EN DIRECT - Covid-19 en France : le nombre de contaminations près de 50% plus haut que mardi dernier

Covid-19 : face à l'explosion des cas, la Haute-Corse prend de nouvelles mesures restrictives

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.