Covid-19 : pas de consensus trouvé concernant l'isolement forcé des malades

Une heure de moins ! A compter du 15 décembre, le couvre-feu commencera à 20h - et non plus 21h - compte tenu de la situation sanitaire, a annoncé ce jeudi Jean Castex. Ce couvre-feu "sera strictement contrôlé avec des possibilités de dérogation limitées", et valable également le soir du Nouvel-An (mais pas à Noël).

DÉSACCORD - Comme cela peut se faire dans certains pays, le gouvernement avait fait savoir il y a quelques semaines son souhait de contraindre à l'isolement les personnes positives au Covid-19. Ce jeudi, Olivier Véran a annoncé qu'aucune entente politique n'avait été trouvée à ce sujet.

Faut-il contraindre les malades à s'isoler ? Le débat fait maintenant rage depuis plusieurs semaines. Souhaitant passer à la vitesse supérieure, Emmanuel Macron avait appelé, lors de son allocution le 24 novembre, le gouvernement et le Parlement à "s’assurer de l’isolement des personnes contaminées, y compris de manière plus contraignante" comme cela peut se faire à l'étranger. En Angleterre et en Espagne, la police est par exemple chargée de s'assurer du bon respect de l'isolement. Cette déclaration avait suscité de vives réactions, tant du côté des médecins que dans la majorité au gouvernement. Lors d'un point de situation du gouvernement ce jeudi, il est apparu qu'un consensus à ce sujet n'avait toujours pas été trouvé.

"Nous avons souhaité évoquer avec les forces politiques et les groupes parlementaires la question d’une évolution juridique qui nous conduirait, comme d’autres pays autour de nous, à rendre cet isolement obligatoire et en prévoyant un système de sanction en cas de manquement. (...) Les échanges que j’ai eus sur ce sujet avec les représentants politiques et parlementaires m’ont conduit à la conclusion qu’une telle évolution, qui passerait par une nouvelle loi, ne fait pas consensus. Nous devons donc orienter nos pistes d’amélioration vers l’accompagnement renforcé des personnes malades", a déclaré Olivier Véran.

Toute l'info sur

La France à l'épreuve des variants du Covid-19

Les dernières actualités sur la pandémie

Vers un accompagnement individualisé

En dépit de cet isolement forcé, le gouvernement souhaite s'orienter vers "un accompagnement humain", avec, notamment,  la visite d'une équipe pluridisciplinaire "comprenant un soignant, un infirmier ou une infirmière" chez chaque personne diagnostiquée positive. Lors de celle-ci, les soignants pourront réaliser des tests antigéniques auprès de l'entourage qui partage le même foyer que la personne malade.

Lire aussi

Des conseils sur les conditions d'isolement, ainsi que du soutien si, par exemple, la personne ne peut pas aller faire ses courses, seront aussi apportés aux malades. Pour les cas positifs ou contact, le ministre de la Santé fait savoir que le gouvernement travaille "à une sorte de charte qui sera remise au patient dès la réalisation du test, qui contiendra des conseils et qui permettra à la personne de s'engager à respecter la mise à l'abri si le test devait être positif".

Sur le même sujet

Lire et commenter