Covid-19 : l'immunité pourrait durer au moins huit mois, selon une étude américaine

Test au coronavirus effectué au Peage-de-Roussillon, dans le sud de Lyon

PROTECTION - L'immunité individuelle atteinte après avoir contracté le Covid-19 pourrait durer au moins huit mois, soit bien plus que ce que montraient de précédentes études. Celle proférée par la vaccination sera-t-elle identique ? Cela reste encore à confirmer.

Pour les patients guéris, le répit serait plus long que prévu. Alors que des chercheurs britanniques avaient montré fin novembre que la durée de l’immunité individuelle après une infection au Covid-19 était d'au minimum de six mois, des scientifiques de l'institut américain d'immunologie La Jolla, à San Diego, révèlent que celle-ci atteindrait en réalité au moins huit mois.

Les scientifiques américains ont étudié les différents mécanismes du système immunitaire de 188 patients guéris du virus, dont 43 infectés depuis plus de six mois. D'après leur étude, publiée le 6 janvier dans la revue Science, les anticorps produits chez les malades étaient encore présents en grande quantité plusieurs mois après l'infection. "Nos données suggèrent que la réponse immunitaire est là - et qu'elle demeure", indique dans un communiqué le professeur Alessandro Sette, qui a codirigé l'étude.

Toute l'info sur

Le monde commence à se vacciner contre le Covid-19

Des défenses capables de se réactiver huit mois après

Si certains scientifiques s'inquiétaient en observant une importante baisse des anticorps dans les mois qui suivaient l'infection, le chercheur américain rappelle que ce phénomène est en fait tout à fait normal. "Bien sûr, la réponse immunitaire diminue dans une certaine mesure avec le temps, mais c’est normal. C’est ce que font les réponses immunitaires. Ils ont une première phase de montée en puissance, et après cette fantastique expansion, la réponse immunitaire se contracte quelque peu et parvient à un état stable." 

Malgré tout, certaines réponses immunitaires, présentes dans la circulation sanguine, sont capables de se réactiver et produire des anticorps des mois après l'infection. C'est notamment le cas, font savoir les scientifiques, de cellules immunitaires telles que les lymphocytes B et T CD4 mémoires, sur lesquelles travaillent notamment les chercheurs de l'Inserm

Lors de leurs travaux, les chercheurs ont observé leur réactivation plus de huit mois après l'infection. "Cela implique qu'il y a de bonnes chances que les gens aient une immunité protectrice, au moins contre des maladies graves, pendant cette période, et probablement bien au-delà", indique l'un des auteurs de l'étude, le professeur Shane Crotty.

Lire aussi

En revanche, rappellent les scientifiques, la réponse immunitaire étant variable d'une personne à l'autre, mieux vaut ne pas abandonner le respect des gestes barrières après la guérison. Un patient peut en effet être réinfecté moins de six mois après sa première contamination au Covid-19, ou transmettre le virus à d'autres personnes. En août dernier, un médecin montpelliérain affirmait ainsi avoir contracté le virus à deux reprises en quatre mois.

Une étude anglaise parue fin décembre dans le New England Journal of Medicine a révélé, chez 1265 soignants de l'hôpital universitaire d'Oxford infectés par le Covid-19 un taux de réinfection de 0,11%, dans les six mois suivants.

Une immunité semblable avec le vaccin ?

Pour le professeure Daniela Weiskopf, de l'Institut de La Jolla, il est possible que la mémoire immunitaire soit identique avec la vaccination, même si, ajoute-t-elle, il est nécessaire d'attendre "que les données arrivent pour être en mesure de le dire avec certitude"

Les quelques mois de répit chez les patients immunisé, suite à leur contamination ou au vaccin, suffiront-ils à atteindre l'immunité collective et à se débarrasser une bonne fois pour toute du virus ? Selon l'OMS, l'objectif ne sera pas atteint en 2021 en raison du temps que demande la mise en place des campagnes de vaccination tout autour du globe. Selon la responsable scientifique de l'organisation, Soumya Swaminathan, il sera nécessaire de continuer à prendre des mesures sanitaires et sociales pour limiter la transmission du virus "au moins jusqu'à la fin de cette année".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de deux millions de morts dans le monde depuis le début de la pandémie

Covid-19 : Frédéric Mitterrand hospitalisé en urgence à Paris

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Vaccination : c'est parti pour la prise de rendez-vous en ligne sur le site Sante.fr

Les alertes neige sont levées, un département en vigilance crues

Lire et commenter