Prioritaires à la vaccination, enseignants et policiers sont-ils "les plus exposés au virus" ?

Prioritaires à la vaccination, enseignants et policiers sont-ils "les plus exposés au virus" ?

IMMUNITÉ - Jean Castex a ouvert la vaccination aux enseignants et aux policiers, professions jugées comme "plus exposées au virus". Les études donnent pourtant tort au Premier ministre.

Emmanuel Macron l'avait promis. Des campagnes de vaccination contre le coronavirus "ciblées sur des professions exposées" seraient mises en place au courant du mois d'avril. C'est désormais chose faite. Jean Castex a annoncé jeudi 15 avril l'ouverture de créneaux dédiés aux enseignants et aux agents de police de plus de 55 ans. Une décision qui s'inscrit, comme l'explique le cabinet du Premier ministre dans un communiqué, dans une campagne de protection des professionnels "considérés comme plus exposés au virus". Pourtant, ces deux corps de métier n'en font pas partie. 

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Des métiers considérés comme les moins à risque

Après le facteur de l'âge et celui des comorbidités, c'est celui de la proximité avec des publics à risque qui a prévalu. Les métiers du secteur de la santé et du médico-social ont eu le droit, eux aussi, de recevoir une précieuse dose. Désormais, il s'agit d'ouvrir la campagne à d'autres publics. À commencer par les "plus exposés" d'après Matignon. Pourtant, les études scientifiques ne montrent pas qu'il s'agit des policiers et des professeurs. Au contraire. Le deuxième volet de l'étude ComCor, réalisée par l'Institut Pasteur et citée comme référence par le gouvernement, les classe dans la catégorie des "moins à risque" de contracter la maladie, au même titre que les agriculteurs, par exemple.

D'autres professions sont, elles, bien plus à risque, mais sont pourtant oubliées. C'est pourquoi plusieurs syndicats ont appelé à la vaccination de ces publics. Ce lundi, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger et le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux ont plaidé chacun de leur côté pour que les salariés volontaires travaillant en présentiel puissent se faire vacciner rapidement. Avant eux, le 30 mars dernier, ce sont des représentants du secteur des transports qui avaient appelé à ce que ces travailleurs soient prioritaires. De fait, ces catégories professionnelles font, contrairement aux enseignants et forces de l'ordre, partie des métiers les plus à risque ou à risque "moyen" d'être exposées au Covid-19. Les chauffeurs arrivent même premier de cette triste série. 

À noter que les auteurs de l'étude de l'Institut Pasteur avaient relevé certains biais à ces conclusions, comme l'arrivée des variants. De plus, ils soulignent que ce travail, réalisé entre le 1er octobre et le 31 janvier 2021 sur 77.208 volontaires, ne permet pas forcément de "généraliser les résultats" à l'échelle nationale. Il n'en reste pas moins qu'à ce jour, aucune autre étude n'a alerté sur les dangers pour les enseignants et les policiers.

Lire aussi

Alors pourquoi avoir fait ce choix ? En réalité, d'autres critères sont à prendre en compte, et notamment le caractère "essentiel" de ces professionnels. Auprès de LCI.fr, le cabinet du Premier ministre souligne en effet que si "statistiquement" il y a "peut-être" moins de risque de contaminations que d'autres métiers, il est important de rappeler que ces professionnels sont "indispensables". "Les fonctions exercées par ces deux professions sont des missions essentielles au fonctionnement de la Nation", souligne-t-on à Matignon. Pour les enseignements par exemple, en cas d'absence, l'impact sur la vie économique se fait immédiatement ressentir avec des fermetures de classe et des parents obligés de rester à la maison. Raison invoquée également chez plusieurs de nos voisins qui ont, eux aussi, fait le choix d'immuniser les profs. C'est le cas de l'Espagne, de l'Italie, de l'Allemagne ou encore du Portugal. 

Quant aux autres secteurs d'activité, le cabinet rappelle auprès de LCI.fr que le ministère du Travail avait engagé une concertation avec les partenaires sociaux. Objectif : identifier si "d'autres professionnels du secteur privé pourraient être rendus bénéficiaires de ce dispositif en raison d’une exposition particulière à la circulation du virus". 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Marghe remporte "The Voice 2021"

EN DIRECT - Proche-Orient : pas de déclaration commune pour le conseil de sécurité de l'ONU

EN DIRECT - Covid-19 : les réanimations toujours en baisse, légère hausse dans les hospitalisations

Marghe, gagnante de "The Voice 2021" : "Florent Pagny m’a dit que j’avais un ange gardien"

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.