L'OMS déconseille l'hydroxychloroquine comme traitement préventif contre le Covid-19

Une plaquette d'hydroxychloroquine.

EXPERTISE - Les résultats de six essais randomisés démontrent que le recours à l'anti-inflammatoire ne diminue pas le risque de décès ou d'admission à l'hôpital pour une infection à Covid-19.

Un comité d'experts de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) déconseille le recours à l'hydroxychloroquine comme traitement préventif au coronavirus. 

"Le médicament anti-inflammatoire qu'est l'hydroxychloroquine ne devrait pas être utilisé comme traitement préventif par les personnes n'ayant pas le coronavirus", indique le groupe d'experts dans une note publiée dans le British Medical Journal

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?
Aucun effet significatif sur le risque de décès ou d'admission à l'hôpital- Comité d'experts de l'OMS

Cette "forte" recommandation s’appuie sur les résultats de six essais contrôlés et randomisés réunissant près de 6.000 participants se sachant ou non être un cas contact d'une personne testée positive au Covid-19. 

"Des recherches ont permis de démontrer avec certitude que l'hydroxychloroquine n'a aucun effet significatif sur le risque de décès ou d'admission à l'hôpital, d'autres recherches montrent par ailleurs qu'elle n'a pas d'effet sur le nombre de cas Covid-19 rapportés positifs par les laboratoires et qu'elle augmente probablement le risque d'effets indésirables", poursuit la note émise par le comité d'experts.

Une recommandation adressée aux personnes non porteuses du virus

Conséquence : l'agence onusienne estime que ce médicament n'est plus prioritaire pour de nouvelles recherches et que les moyens mis à sa disposition devaient être redirigés pour évaluer d'autres médicaments plus prometteurs afin de prévenir le coronavirus. 

Cette recommandation est adressées à toutes les personnes non porteuses du Covid-19, qu'elles aient été en contact ou non avec une personne testée positive. 

Lire aussi

Le groupe d'experts a enfin estimé que presque tout le monde ne considérait pas ce médicament comme viable et a enfin décidé que cette recommandation n'était pas susceptible d'être modifiée par des facteurs tels que les moyens, la faisabilité, l'acceptabilité et l'équité pour les pays et les systèmes de santé.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

Pfizer, Moderna… Et si vous ne pouviez bientôt plus choisir votre vaccin contre le Covid-19 ?

Lire et commenter