Covid-19 : la France va produire ses premières doses de vaccin

Covid-19 : la France va produire ses premières doses de vaccin

ACCÉLÉRATION - Comme annoncé par Emmanuel Macron en février, la France va monter en puissance en ce qui concerne la production de vaccins contre le Covid-19. À partir de cette semaine, les usines hexagonales lancent leur production.

La production de vaccin sur le sol français va démarrer cette semaine, ce mercredi 7 avril plus précisément. C’est une usine du sous-traitant Delpharm, partenaire de l’alliance Pfizer-BioNTech, qui donnera le coup d’envoi de cette production made in France, depuis Saint-Rémy-sur-Avre, en Eure-et-Loir.

L’usine est "opérationnelle depuis quelques jours", rapportait dimanche Le JDD, qui indique qu’il n’y aura ni ministres ni caméras pour l’occasion, les équipes du groupe préférant rester "concentrées sur une production sensible".

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Par production, il faut comprendre ici flaconnage : Delpharm ne produira pas la substance active, produite en Allemagne, mais s’occupera de son conditionnement. Le Figaro fait savoir que le groupe a pour cela acheté des millions de flacons stériles et de bouchons, ainsi que d’énormes volumes de neige carbonique et des supercongélateurs, le vaccin de Pfizer-BioNTech devant être stocké à très basse température.

Après Delpharm, ce sera au tour du sédois Recipharm d’entrer en scène : le sous-traitant devrait commencer la mise en flacon du vaccin de Moderna d’ici la fin du mois, à Monts en Indre-et-Loire. Courant juin, s’il est autorisé en Europe comme prévu au mois de mai, le Curevac sera mis en flacon par Fareva à côté de Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques. Puis, à partir de septembre, Sanofi participera au remplissage des flacons du laboratoire Johnson & Johnson, sur son site de Marcy-l’Étoile, dans le Rhône, à un rythme d’environ 12 millions de doses par mois.

250 millions de doses en 2021

"La France est sur le point de basculer dans une production massive de vaccins", résumait ce dimanche Thierry Breton, commissaire européen en charge de la task force Vaccins, dans une interview accordée au Parisien.

Objectif du gouvernement : produire 250 millions de doses d’ici fin 2021. Ces doses seront destinées à tous les États de l’Union européenne, dispatchées selon le plan élaboré par Bruxelles. 

L’enjeu, au-delà de l’accélération de la campagne de vaccination qu’a souhaitée Emmanuel Macron lors de sa dernière allocution, est aussi celui de l’indépendance sanitaire de la France. "La crise du Covid-19 a révélé à quel point trente ans de désindustrialisation dans le secteur de la pharmacie ont réduit l’outil disponible", confie Agnès Pannier-Runacher auprès du JDD. "C’est tout notre tissue pharmaceutique qui est à reconstruire."

Lire aussi

Après la participation au conditionnement des vaccins, le défi pour la France, pour arriver à une vraie indépendance, sera d’être en mesure de produire sur son territoire la substance active des produits à ARN messager. Et la ministre déléguée à l'Industrie de faire rappeler : "Cela nécessite un basculement technologique qu’aucun Français ne maîtrise encore."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter