Covid-19 : la Haute autorité de santé élargit la liste des malades prioritaires pour les vaccins

Les personnes atteintes de certaines pathologies pourront désormais se faire vacciner en priorité contre le coronavirus.

ACTUALISATION - Les personnes atteintes de trisomie 21, celles qui ont eu une greffe d'organe et les insuffisants rénaux sont dorénavant pleinement prioritaires pour la vaccination contre le coronavirus, quel que soit leur âge.

La liste des personnes prioritaires au coronavirus s'élargit. La Haute Autorité de Santé (HAS) a recommandé ce mardi que les personnes atteintes de trisomie 21, celles qui ont eu une greffe d'organe et les insuffisants rénaux dialysés soient désormais prioritaires pour la vaccination contre le Covid-19 quel que soit leur âge. Jusqu'à présent, ces pathologies ne représentaient un critère de priorité que pour les plus âgés.

Parallèlement, l'instance a ajouté de nouvelles pathologies (ou "comorbidités") à la liste de celles donnant droit à une vaccination prioritaire selon les tranches d'âge : les troubles psychiatriques, la démence, les maladies du foie chroniques (en particulier la cirrhose), et les antécédents d'AVC (accident vasculaire cérébral). L'obésité, les cancers, la BPCO (une maladie respiratoire) et l'insuffisance respiratoire, l'insuffisance cardiaque et "l'hypertension artérielle compliquée" demeurent également dans cette catégorie. 

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Les personnes "particulièrement vulnérables" prioritaires

Outre les comorbidités au sens strict du terme et indépendamment de l'âge, l'autorité sanitaire préconise de donner la priorité pour la vaccination aux "personnes jugées particulièrement vulnérables par leur médecin et présentant des affections préexistantes rares et graves ou des handicaps graves les prédisposant à un risque particulièrement accru de décéder" du Covid (déficits immunitaires sévères, hémopathies malignes, maladies rares...). Les personnes atteintes de plusieurs de ces pathologies doivent faire l'objet d'une "attention particulière" et font partie des personnes à vacciner en priorité". "Les études montrent que le cumul de trois comorbidités fait atteindre quasiment le même niveau de risque de décéder" que si on est dans la tranche d'âge supérieure mais sans pathologie, souligne-t-elle. 

Lire aussi

En guise d'explications, la HAS rappelle que l'"âge est le facteur prépondérant dans la survenue de formes sévères et de décès liés à la Covid-19". Pour autant, "si l'âge joue un rôle majeur, la présence de certaines comorbidités est également un facteur de risque de formes graves et de décès". 

Deux études françaises

Pour ces nouvelles recommandations, la Haute Autorité de Santé s'est appuyée sur deux études françaises. L'une, dite Epi-Phare, a été menée par l'Assurance maladie et l'agence du médicament ANSM. L'autre a été réalisée par le département d'information médicale de Bordeaux. Elles confirment toutes deux que le risque augmente avec l'âge. Ainsi, les 50-64 ans ont "trois fois plus de risque de décéder" du Covid que les 18-49 ans. Un risque qui monte à 7 fois plus pour les 65-74 ans, 10 fois plus pour les 75-80 ans et 16 fois plus au-delà de 80 ans.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourquoi le Chili se reconfine-t-il alors qu'il est le 3e pays le plus vacciné au monde ?

EN DIRECT - Les premiers enseignants "sans doute vaccinés dès la semaine prochaine"

Vacances confinées : ces Français qui trichent (sciemment ou sans le savoir)

Aurélien éliminé de "Koh-Lanta" : "Avec Thomas, on peut clairement parler de trahison"

Funérailles du prince Philip : avec ou sans Meghan et Harry ?

Lire et commenter