Covid-19 : la Haute autorité de santé recommande une dose de rappel à partir de 40 ans

Covid-19 : la Haute autorité de santé recommande une dose de rappel à partir de 40 ans

TROISIÈME DOSE - Alors que la cinquième vague de l'épidémie de Covid-19 se propage en Europe, la France se dirige vers un rappel du vaccin pour tous les plus de 40 ans, comme l'ont recommandé ce vendredi les autorités sanitaires.

La "5e vague est là", a prévenu le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. En cause notamment, l'efficacité des vaccins contre le Covid-19 qui baisse avec le temps. Pour la contrer, la Haute autorité de santé (HAS) a recommandé ce vendredi 19 novembre d'administrer une dose de rappel (le plus souvent une troisième dose) à tous les plus de 40 ans, six mois après la primo-vaccination. 

Toute l'info sur

La France touchée par une cinquième vague de Covid-19

La HAS, qui a déjà émis plusieurs avis concernant les adultes de plus de 50 ans ou les soignants, explique sa nouvelle recommandation par plusieurs données qui "confortent le bénéfice d'un rappel". Elle s'appuie notamment sur l'exemple d'Israël où cette dose "confère d’excellents niveaux de protection contre l’infection par SARS-CoV-2, y compris chez les personnes âgées de moins de 60 ans".

"Les données issues d’une étude observationnelle israélienne de grande envergure publiées dans (la revue scientifique) Lancet apportent de solides arguments en faveur d’une dose de rappel chez les personnes âgées de 40 ans et plus", poursuit la HAS. On observe en effet "une diminution du risque de survenue d’infections, de formes sévères, d'hospitalisations et de décès chez les personnes de 40 ans et plus ayant bénéficié d’une dose de rappel, comparativement à celles qui n’en ont pas bénéficié".

Bientôt un rappel pour tous les adultes ?

Ses avis sont généralement suivis par le gouvernement. Le ministre de la Santé, Olivier Véran a d'ailleurs prévenu sur Twitter que l’élargissement du rappel aux moins de 50 ans sera étudié prochainement.

Jusqu'à présent, ce rappel ne concernait que les plus de 65 ans et les personnes à risques de forme grave. À partir du 15 décembre, il sera exigé pour prolonger leur pass sanitaire. Tandis que les 50-64 ans seront concernés par cette troisième dose à partir du 1er décembre, comme l'avait annoncé Emmanuel Macron début novembre.

Peu avant la publication de l'avis de la HAS, le chef de l'État a laissé entendre que cela pourrait concerner à terme toute la population. "Je ne serais pas étonné qu'on aille progressivement vers des rappels vaccinaux pour tous les adultes qui ont été vaccinés, c'est le sens de l'histoire", a-t-il estimé lors d'un déplacement dans le Nord.

Lire aussi

Le rappel systématique pour tous, déjà décidé par l'Allemagne et les États-Unis, ne fait pourtant pas consensus chez tous les scientifiques. Certains font valoir que deux doses restent très efficaces contre les formes graves de la maladie et les décès, et que l'urgence est de vacciner ceux qui n'ont eu aucune dose. En France, cela concerne quelque 6 millions de personnes parmi la population éligible (les plus de 12 ans).

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : Israël ferme ses frontières aux ressortissants étrangers

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

EN DIRECT - Migrants : il appartient au Royaume-Uni de gérer le contrôle de ses frontières, estime la Commission européenne

Covid-19 : les six millions de non vaccinés se laissent-ils convaincre ?

"Autonomie" de la Guadeloupe : de quoi parle-t-on ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.