Covid-19 : la santé psychique des jeunes fortement impactée par la pandémie, alerte SOS Amitié

Covid-19 : la santé psychique des jeunes fortement impactée par la pandémie, alerte SOS Amitié

RÉPERCUTIONS - La pandémie n'aura pas fait que des dégâts physiques. Selon un rapport de SOS Amitié paru ce jeudi, le nombre de personnes en détresse psychologique les contactant s'est fortement accru en 2020. Parmi elles, de nombreux jeunes.

Plus d'un an et demi après l'apparition du Covid-19, les répercutions de la pandémie sur la santé mentale sont de plus en plus flagrantes. De nombreuses études tendent à prouver les souffrances psychiques qu'a engendré cette période sur bon nombre d'individus. Le 11e observatoire des Souffrances Psychiques publié par SOS Amitié ce jeudi confirme une nouvelle fois cette détresse.

Alors que le nombre d'appels s'est fortement accru, le rapport, réalisé pendant la période du premier confinement (mars-mai 2020), de l’entre-deux et du deuxième confinement (octobre-décembre 2020), témoigne d'un accroissement des "situations d'isolement et de détresse". Les jeunes semblent particulièrement touchés.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

A quel stade en est l'épidémie, département par département ?

La moitié des appelants en souffrance psychique

Au cours de l’année 2020, la moitié des appelants ont évoqué au téléphone des souffrances psychique en raison d’une solitude accrue (angoisse, dépression, maladie psychique), rapporte SOS Amitié. Pendant le premier confinement les appels à ce sujet ont augmenté de 32%. "Cette situation inédite a provoqué beaucoup d’angoisses, de détresse et de souffrances inhabituelles, qui ont contribué à augmenter le nombre d’appels", écrit l'association. La hausse s'est limitée à 19% pendant le deuxième confinement.

Les bénévoles de l'association ont par ailleurs noté une nette augmentation de la solitude ressentie pendant les deux confinements (+23% pendant le 1er et +29% pendant le 2e).

Je crains que, depuis l’automne 2020, on soit entrés dans une autre période de souffrance- Pr Fabrice Jollant, psychiatre à l'hôpital Sainte-Anne

De nombreux appelants ont également évoqué des pensées suicidaires durant l'année 2020 : +14% par rapport à 2019. "Elles ont été beaucoup plus évoquées avant le premier confinement et entre les deux confinements que pendant les confinements", notent les auteurs du rapport.

Cette moindre évocation pendant les confinements s'est traduite, selon SOS Amitié, par une baisse des prises en charge hospitalières pour tentative de suicide. "S’agissant de la première vague, la diminution des hospitalisations pour tentative de suicide est plutôt une bonne nouvelle, pour laquelle on peut faire l’hypothèse d’une sidération, d’une souffrance collective partagée. Mais je crains que, depuis l’automne 2020, on soit entrés dans une autre période de souffrance psychique", analyse dans le rapport le professeur de psychiatrie Fabrice Jollant, qui officie à l'hôpital Sainte-Anne à Paris.

Les jeunes, fortement touchés par la crise sanitaire

S'il était encore nécessaire de prouver à quel point les jeunes ont souffert de cette période, l'association indique qu'ils sont ceux qui ont évoqué le plus souvent des pensées suicidaires. Alors que plus de la moitié des appelants ont moins de 45 ans, 30% des moins de 25 ans ont évoqué le suicide.

Par mail, ils représentent 69% des personnes faisant allusion au suicide (40% en 2019). Sur le chat géré par les bénévoles de l'association, ils sont 58% (46% en 2019). Enfin, les moins de 25 ans représentent 26% des personnes évoquant l'idée de mettre fin à leurs jours (38% en 2019). "Chez les jeunes 15-29 ans, le suicide est la 2e cause de mortalité dans le monde", souligne SOS Amitié.

Lire aussi

Face à cette détresse croissante, l'association, qui compte près de 1800 bénévoles, cherche à recruter de nouveaux écoutants dans ses 44 antennes françaises. Pour le moment, seuls un tiers des appels peuvent être pris, faute d'oreilles en plus. "Au cours de 2020, l’élan de solidarité suscité par le contexte social, a valu à l’association de recevoir nombre de candidats. SOS Amitié a pu en accueillir certains mais est encore loin des 500 bénévoles qu’elle recherche."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

L'Australie avait de "profondes et sérieuses réserves" concernant les sous-marins français, riposte son gouvernement

EN DIRECT - Crise des sous-marins : les ambassadeurs en Australie et aux États-Unis reçus ce soir par Macron

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre d'hospitalisations en baisse de 11% sur une semaine

"Cet épisode va laisser des traces" : après la crise des sous-marins, la France peut-elle quitter l'Otan ?

Hautes-Pyrénées : un mort et deux blessés graves lors d'une rixe entre bikers à Tarbes

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.