Covid-19 : le Portugal élargit l'usage du pass sanitaire aux hôtels et restaurants

Covid-19 : le Portugal élargit l'usage du pass sanitaire aux hôtels et restaurants

PRÉVENTION - En Europe, un pays a décidé de clairement favoriser les personnes vaccinées, c'est le Portugal qui demande désormais un pass sanitaire à l'entrée de ses hôtels et restaurants.

C'est une mesure qui pourrait peut-être arriver en France... Les Portugais doivent désormais présenter un certificat de vaccination complète ou un test négatif au coronavirus pour loger dans un hôtel ou s'attabler à l'intérieur d'un restaurant le week-end dans les régions les plus touchées par la recrudescence de l'épidémie de Covid-19, a décidé jeudi 8 juillet le gouvernement. "Nous continuons à observer une aggravation de la pandémie", a affirmé la porte-parole du gouvernement portugais, Mariana Vieira da Silva, en annonçant que le pays comptait désormais 60 municipalités présentant un risque de contagion "élevé" ou "très élevé", contre 45 la semaine dernière.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

A quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Un dispositif qui ne semble pas effrayer les touristes. "Je trouve que c'est une mesure intéressante surtout avec les cas qui augmentent ici. C'est une bonne précaution", se réjouit ainsi une Anglaise en villégiature dans la capitale. En revanche, le patron de l'établissement est nettement moins enthousiaste. Pour lui, c'est le début d'un casse-tête "Certains viennent avec un papier, d'autres avec un QR code, mais on n'a pas de quoi les lire, donc on fait un simple contrôle visuel. On n'a aucun moyen de vérifier l'authenticité des pass sanitaire", reconnaît José Andrade Loles, le gérant de la cafétéria "Sao Nicolau".

Les centres de test débordés

Dans l'hôtellerie, cette exigence s'appliquera tous les jours et sur l'ensemble du territoire. Aucun problème là non plus pour une famille espagnole qui arrive vaccinée. Mais c'est une mauvaise surprise pour un jeune homme qui n'est pas en possession d'un pass sanitaire. "J'étais inquiet, je ne savais pas ce qui allait se passer. Je dois me faire tester en urgence", s'angoisse-t-il. Heureusement, l'hôtel a tout prévu et met à disposition de ses clients des autotests. "C'est un peu plus de travail, certes, pour contrôler tous les clients, mais ce n'est pas si long et c'est un pas en avant pour rassurer tout le monde", admet Fabio Aguiar, le patron de l'hôtel "Da Baixa".

Le Portugal attend des millions de touristes cet été et espère grâce à eux relancer son économie durement touchée par la crise sanitaire, mais avec autant de personnes qui devront se faire dépister plusieurs fois durant leur séjour, les centres de test risquent d'être débordés, alors les pharmacies sont également mises à contribution. Ainsi, dans de nombreuses officines du centre-ville, on teste à plein régime. 

Un groupe de Français a par exemple réussi à obtenir l'un des derniers créneaux disponibles. "C'est 25 euros par personne pour un test antigénique", souligne l'une des touristes. Une dépense supplémentaire dont ils se seraient bien passés. "C'est plus compliqué : payer en plus, attendre de faire des démarches pour avoir des remboursements. Oui, évidemment que c'est gênant", confirme la jeune femme.

Lire aussi

Le couvre-feu nocturne imposé depuis vendredi dernier continuera aussi à s'appliquer dans ces zones à risque, concentrées pour l'essentiel à Lisbonne et ses environs, puis dans la région touristique de l'Algarve (sud). Selon un rapport publié mardi 6 juillet par l’Institut national de santé (Insa), la part du variant d'abord identifié en Inde dans les nouveaux cas détectés au Portugal a atteint près de 90% depuis la dernière semaine de juin.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Catalogne, Pays-Bas, Royaume-Uni... Comment expliquer la baisse de l'épidémie chez nos voisins ?

Variant Delta : avec deux doses, les vaccins Pfizer et AstraZeneca presque aussi efficaces que contre l’Alpha

EN DIRECT - Olivier Véran : "Le pass sanitaire, nous y mettrons fin à la minute où nous le pourrons"

La maladie de Charcot, le dernier combat de Jean-Yves Lafesse

Manifestations contre le pass sanitaire samedi dans toute la France: à quoi s'attendre?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.