Covid-19 : le Pr Pialoux plaide pour le port du masque à la maison

Covid-19 : le Pr Pialoux plaide pour le port du masque à la maison

BARRIERE - Se protéger partout, tout le temps. Invité jeudi 5 novembre de Jean-Michel Aphatie sur LCI, le chef du service d'infectiologie de l'hôpital Tenon estime qu'il est nécessaire de porter le masque, même au sein de la cellule familiale.

Etouffant, inconfortable, inesthétique, liberticide... Depuis le début de la pandémie, les torts attribués au masque sont nombreux. Pourtant, il est un moyen indispensable de protection contre le Covid-19. Et s'il est désormais obligatoire en tous lieux recevant du public, en plein air comme à l'intérieur, le chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Tenon à Paris, Gilles Pialoux, estime ce jeudi matin sur LCI qu'il devrait aussi être porté au sein de l'unité familiale.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France touchée par une deuxième vague d'ampleur

Les dernières infos sur l'épidémie

Lire aussi

Il y a une contamination à l’intérieur de la cellule familiale et les Français n’ont pas pris conscience de ça.- Gilles Pialoux, infectiologue

"Le taux de contamination à l’intérieur de la famille est de 53%. Et quand on regarde chez les moins de 12 ans, c’est aussi 53%. Il y a une contamination à l’intérieur de la cellule familiale et les Français n’ont pas pris conscience de ça", explique Gilles Pialoux en citant une étude réalisée par le Centre des maladies infectieuses d’Atlanta, aux Etats-Unis, et parue le 30 octobre dans le Bulletin épidémiologique CDC's Morbidity and Mortality Weekly Report. Celle-ci a suivi entre le mois d'avril et de septembre  101 personnes contaminées par le Covid-19 et symptomatiques, ainsi que leurs familles. Sur les 191 contacts familiaux que ces volontaires ont eu durant ce laps de temps, 102 ont été testés positifs et cela, généralement dans les cinq jours suivant le développement des symptômes du patient initialement infecté.

Gilles Pialoux dit avoir lui-même commencé à "essayer de mettre le masque dans l’univers familial". "C’est compliqué, c’est contraignant, mais on est dans une situation où il faut être innovant", fait-il valoir. "Il faut augmenter nos mesures de protection. Il faut avoir une tentation de ressembler à certains pays asiatiques qui ont intégré complètement les gestes barrières."

L'"incompréhensible" réouverture des établissements scolaires

Pour l'infectiologue, qui vient de publier aux éditions JC Lattès "Nous n'étions pas prêts : Carnet de bord par temps de coronavirus", rouvrir les établissements scolaires est de fait "incompréhensible". Ce mardi matin, une dizaine de lycées parisiens ont été perturbés par des élèves dénonçant le protocole sanitaire anti Covid-19, à leurs yeux insuffisant. "On est dans un lycée avec des classes de 35, tous collés", déplorait Nora, en terminale au lycée Sophie-Germain, auprès de l’AFP. "On a des toutes petites salles. La cantine est toute petite, sans aération et on mange sans les masques... Donc, ce qu'on demande, c'est un nouveau protocole sanitaire qui permettrait aux professeurs de dédoubler leurs classes", renchérissait l'un de ses camarades, Jules.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 25.000 hospitalisations, 196 décès en 24 heures

Couvre-feu national à 18h : quelles sont les attestations dérogatoires et où les télécharger ?

Départ de Donald Trump : nos images de la Maison-Blanche désertée

Dérogations au couvre-feu national : qui est autorisé à circuler après 18h ?

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Lire et commenter