Le préfet de police s'oppose à la vaccination des personnels scolaires dans le 7e arrondissement de Paris dès mardi

Le préfet de police s'oppose à la vaccination des personnels scolaires dans le 7e arrondissement de Paris dès mardi

SANTÉ - Plusieurs maires de droite à Paris se sont dits prêts en fin de semaine dernière à ouvrir des créneaux pour les personnels scolaires. Dans l'arrondissement de Rachida Dati, enseignants, directeurs, cantinières ou encore femmes de ménage des écoles pourront se faire vacciner dès ce mardi.

C'est à l'occasion d'une visite dans un centre de vaccination et dans une pharmacie qu'Emmanuel Macron a fait cette annonce mardi 23 mars : "A partir de mi-fin avril, nous allons avoir de plus en plus de vaccins qui vont arriver, cela va nous permettre d’envisager d’avoir des campagnes ciblées sur des professions qui sont exposées, à qui on demande des efforts. Les enseignants en font légitimement partie". Alors que la situation se dégrade en Ile-de-France, avec de plus en plus de personnes positives au Covid, notamment chez les 10-19 ans, plusieurs maires d'arrondissement du groupe Changer Paris (droite), ont décidé de ne pas attendre cette date. 

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Ainsi dans un communiqué publié samedi, Jean-Pierre-Lecoq, Rachida Dati, Jeanne d'Hauteserre, Philippe Goujon, Francis Szpiner et Geoffroy Boulard, respectivement maires des 6e, 7e, 8e, 15e, 16e et 17e arrondissements indiquent être prêts, dès la semaine prochaine (celle du 29 mars, ndlr) à réserver des créneaux dans les centres de vaccination aux enseignants et personnels des écoles de leur quartier. "Dans le 7e arrondissement, les vaccinations au Pfizer pour ces personnes commenceront d'ailleurs dès demain, mardi 30 mars. Enseignants, directeurs, cantinières, Atsem, femmes de ménage… Dans notre quartier, toutes les personnes travaillant dans des établissements scolaires et donc en contact avec des enfants qui le souhaitent seront vaccinées", assure Emmanuelle Dauvergne, conseillère de Paris en charge des affaires scolaires dans le 7e. 

Une file spéciale dans un gymnase

Dimanche 28 mars, la maire du 7e arrondissement a donc adressé un mail aux directeurs et directrices d'école. Voici ce qui est notamment écrit dans ce texte que nous avons pu consulter :

"Ce vendredi 26 mars, 148 établissements publics et privés étaient fermés en France, contre 80 au 19 mars. La fermeture des écoles lors du premier confinement a conduit certains élèves à rencontrer des difficultés scolaires et a mis les parents en grande difficulté. Comme vous le savez, la situation sanitaire à Paris est de plus en plus critique. Dans ces conditions, il me semble impératif de tout mettre en œuvre afin de maintenir nos établissements scolaires ouverts. Dans ce cadre, j'ai décidé de proposer à tous les enseignants de vos établissements de pouvoir se faire vacciner dès cette semaine, dans le centre de vaccination du 7ème arrondissement situé au gymnase Camou - 35, avenue de la Bourdonnais".

Lire aussi

La priorité ? "Que les écoles restent ouvertes"

"Nous avons reçu immédiatement des réponses positives. Ces personnes sont particulièrement exposées et n'attentent pour la plupart qu'une chose : le vaccin. Des créneaux leurs sont maintenant réservés les mardi après-midi, mercredi après-midi et vendredi après-midi au gymnase Camou. Ils auront une file d'attente dédiée", ajoute Emmanuelle Dauvergne qui espère que les 300 personnels scolaires seront vaccinés d'ici à la fin de la semaine. "Notre priorité est que les écoles restent ouvertes. Pour ce faire, il faut protéger ceux et celles qui y travaillent au quotidien et ce sans attendre", insiste-t-elle.

Dans les autres arrondissements de droite, la vaccination ne devrait pas tarder non plus. "Nous sommes bien sûr pour une vaccination rapide des personnels scolaires. Mais nous devons attendre l'autorisation du rectorat de Paris et de l'Agence régionale de santé", indique à LCI Jeanne d'Hauteserre, maire du 8e arrondissement. 

"Nous vaccinerons en respect des protocoles existants. Les personnels scolaires avec une comorbidité pourront être vaccinés en priorité. Qu'ils se manifestent en mairie et nous ferons le nécessaire. S'il n'y a pas de doses Pfizer disponibles, nous obtiendrons des créneaux dans les pharmacies du quartier pour des vaccinations à l'AstraZeneca", précise à notre rédaction Jean-Pierre Lecoq, maire du 6e arrondissement. 

Idem pour Geoffroy Boulard, maire du 17e :"J'ai effectivement réservé des créneaux pour les enseignants, cantinières et autres personnels qui répondent aux critères".

Dans les autres arrondissements ?

Dans certains arrondissements gérés par des maires LREM ou PS, les enseignants font d'ores et déjà état de leur colère. "En gros, les professeurs qui travaillent dans des établissements scolaires qui sont situés dans un arrondissement avec à sa tête un maire de droite sont vaccinés, les autres, ils vont se faire voir !?", s'agace une professeure du 13e. "Si certains enseignants peuvent se faire vacciner, la proposition doit être faite à tous, au moins dans les 19 départements où la vigilance est renforcée, souligne un enseignant du 20e arrondissement.  La santé n'a rien à voir avec la politique !".

Joint par LCI au sujet des vaccinations des enseignants, le ministère de la Santé  rappelle que "les Préfets, en lien avec les ARS, sont garants de la bonne application de la stratégie vaccinale (à savoir la vaccination prioritaire des personnes âgées)". "Rien ne dit dans la loi qu’il est interdit de vacciner des personnes non-prioritaires mais la responsabilité en revient au personnel de santé sur place qui vaccine dans les centres de vaccination. Lui seul décide qui il pique et il 'n’obéit pas' à des injonctions d’élus locaux qui souhaiteraient passer outre les recommandations de la Haute autorité de Santé", ajoute-t-on au ministère.

Comme chaque lundi après-midi,  les maires d'arrondissement et la maire de Paris, Anne Hidalgo, se réuniront sur Zoom pour évoquer la crise sanitaire dans la capitale. "On verra bien s'il y a des annonces ou des décisions de prises à cette occasion", commente un édile.

Le préfet de police met en garde

Dans un courrier envoyé aux maires des 6e, 7e, 8e; 15e, 16e, et 17e arrondissements ce lundi après-midi et que LCI a pu lire, le préfet de police de Paris Didier Lallement indique avoir pris connaissance de la volonté de certains édiles de droite "d'ouvrir des créneaux de vaccinations pour les enseignants et personnels scolaires".  "Vous précisez que cela doit être 'sans conséquence sur la vaccination des personnes de plus de 70 ans ou atteintes de comorbidités déjà en cours. Or, à ce stade, toute la cohérence de la stratégie telle qu'elle a été fixée par le fondement des préconisations des autorités scientifiques, repose sur le respect des priorisations pour assurer une protection maximale des publics les plus fragiles qui sont les victimes de la pandémie", rappelle le préfet dans sa missive

Et d'avertir : "Si l'intention relatée par votre communiqué se traduisait par la pris de rendez-vous spécifiques au bénéfice de publics qui ne font pas partie à ce stade des cibles prioritaires de vaccination, sa mise en œuvre ne pourrait que rencontrer mon opposition et m'amener à prendre toute mesure utile en tant que garant du respect des priorités vaccinales". 

Le préfet de police précise toutefois ne pas avoir "d'objection à l'initiative de vacciner des enseignants et personnels scolaires en fin de journée, comme peuvent l'être d'autres concitoyens sur les reliquats de doses qui ne seraient pas utilisés". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Interview d’Eric Zemmour sur LCI : retrouvez nos vérifications

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la carte des départements concernés

Elections en Allemagne : qui est Olaf Scholz, qui pourrait succéder à Angela Merkel ?

Grippe, gastro, angine et rhume de retour : bonne ou mauvaise nouvelle sur le front du Covid ?

Emmanuel Macron l'inaugure ce lundi : à quoi sert la nouvelle académie de l'OMS, dirigée par Agnès Buzyn ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.